Forum roleplay (étrange/science-fiction)
 

Partagez | 
 

 Masturbation RPale [Moi-même]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Messages : 78
Points de Complot : 523
Fiche : Par-là
Date d'inscription : 15/11/2016
Lieu : Tokyo
Occupation : No Life Pro

MessageSujet: Masturbation RPale [Moi-même]   Sam 29 Avr - 19:28

Il doit être environ 23h. J’émerge lentement. Pas d’odeur de café. Pas de bruit d’eau qui coule. Pas de jumeau en train de me secouer le bras… j’suis toute seule. Les volets sont ouverts alors je n’ai pas besoin d’allumer la lumière pour y voir comme en plein jour grâce aux néons, aux écrans publicitaires et à toutes les lumières de la ville. J’en ai marre de vivre… « Comme d’habitude » tu me diras… mais en fait non, c’est pire. Je m’extirpe de mon lit en rampant lamentablement et me traine jusqu’à la cuisine. Je me redresse en gémissant, le sol est bas, la cafetière trop haute… je suis obligée de prendre appui sur un tabouret sur lequel je me laisse tomber. J’suis un zombie tant que j’ai pas pris mon café de toute façon… et puis j’ai pas assez dormis, j’ai dû retrouver ma sœur dans l’aprem pour aller « faire du shopping entre filles tu vas voir ça va être génial »… j’ai horreur de faire du shopping…

Je regarde le café passer lentement en me remémorant tout ce qu’on a fait… elle m’a d’abord traînée de boutique en boutique pour m’acheter des fringues, ensuite on a mangé un truc vite fait dans un fastfood, on a regardé un film au cinéma et on s’est séparées. Iwai nee-chan est toujours pleine de vie, pleine d’énergie, pleine de sourires… pleine de tout ce qui me manque. Je l’aime beaucoup, mais la voir me ramène toujours à ma triste condition de nolife dépressive de merde. J’suis pas foutue de trouver un sujet de conversation, pas fichue de sourire au bon moment… j’suis pas une bonne petite sœur gentille et reconnaissante. Je râle quand elle me fait des cadeaux, je hausse les épaules quand elle me paye à bouffer, je lève les yeux au ciel quand elle me dit qu’elle est contente de me voir… j’suis nulle.

Je me sers mon café, me brûle la langue en avalant une gorgée et soupire. Pourquoi je lutte au juste ? Est-ce que je me mens à moi-même en me disant que c’est pour le bien de mon frère ? Pour le bien de ma famille ? Et mon bien à moi alors, c’est quoi ? Qui y pense ? Ils disent que c’est bien de vivre, que c’est beau, qu’on a toujours des surprises et que c’est excitant… moi ce qui m’excite c’est la sombre torpeur glacée de la mort qui efface tout sur son passage. Ça effacerait mon expression blasée, mes échecs cuisants, ma lamentable existence sans but, le bleu que je me suis faite en me cognant contre l’évier hier matin… tout disparaitrait enfin… Je ne veux pas me réincarner, je ne veux pas d’après-vie… je ne veux rien. Je ne demande rien pour la suite… seulement un sommeil éternel, sans rêves, sans douleurs, sans réflexions, sans factures, sans examens, sans personne…

Ma seconde gorgée me brûle aussi mais je m’en fiche, quel intérêt de lutter contre ça aussi de toute façon ? Le café c’est chaud, point barre. Je pourrais faire comme tout le monde et attendre qu’il refroidisse, mais pourquoi ? C’est cette petite brûlure quotidienne qui me donne l’impression d’exister, je mérite cette claque de langue pleine de caféine, c’est ma récompense pour me forcer à vivre un jour de plus. Qu’est ce qui me retient au juste ? Le sourire de mon frère apparait devant mes yeux un instant… ah… voilà… c’est ça. Je ne suis accrochée à la vie que pour cette petite lueur, le sourire d’Hisao. Ce sourire magnifique et pur qui disparaitrait à tout jamais si je mourrais… cette lumière douce et chaude que j’emporterais avec moi dans les méandres froids et humides de la mort volontaire… Je n’ai pas le droit de priver le monde de ce soleil… J’ai déjà essayé, plusieurs fois… mais même au jeu du suicide je suis nulle, pas foutue de crever. J’en ai marre…

Je me traine jusqu’à mon PC et m’écroule devant, renversant du café sur la moquette en passant, et je commence à zoner sur la toile. J’ai du taff, au moins deux articles à pondre avant demain matin… mais j’ai la flemme. Pas envie. Pour quoi faire de toute façon ? Au bout d’une bonne heure, je finis par atterrir sur YouTube. A la base, je salivais devant une recette de poulet pané à la sauce teriyaki… et là… là… quelque chose illumine mon existence. Quelque chose de doux, de frais, d’inattendu… une de ces « surprises » dont parlent sans doutes les membres de ma famille. Au début, mes yeux s’ouvrent comme deux soucoupes et je ne peux pas m’empêcher de regarder cet ovni magnifique et stupéfiant… et puis je ris. Ça ne m’arrive pas souvent, et c’est pas juste un petit rire… j’éclate de rire, réellement, ça résonne dans tout l’appartement et ça dure longtemps. Je relance la vidéo… je ris encore et tout autant que la première fois… Encore… encore…

Quand mon frère rentre à la maison vers 2h, il reste immobile dans l’entrée, la bouche ouverte, les clefs et le sac qu’il avait à la main tombent sur le sol… il est complètement stupéfait par ce qu’il voit. Je suis là, debout au milieu de la pièce, un grand sourire aux lèvres en train de danser et de rire comme une idiote sur le son de la vidéo que j’ai poussé à fond sans la moindre considération pour nos voisins… Il est choqué mais il aime ça, il ne me voit JAMAIS comme ça, jamais… il trouve ça beau, il trouve que je rayonne pour la première fois depuis… depuis… il ne sait même pas quand. Alors il regarde la vidéo, rit avec moi et on danse comme deux crétins jusqu’à ce qu’un voisin mécontent vienne tambouriner à la porte comme un malade en nous menaçant de nous enfiler nos enceintes comme des suppositoires si on ne baisse pas le volume. Hisao baisse le son pendant que j’insulte copieusement le connard qui casse notre délire à travers la porte… mais tant pis, la magie a pris… j’suis refaite. Je me pose devant le PC pendant que nii-chan fait chauffer de l’eau pour qu’on puisse avaler des Ramen Instantanées et je bosse enfin sur mes articles.

Merci, petite vidéo… grâce à toi je vais vivre encore un peu… grâce à toi, le sourire de mon frère restera vissé sur son visage et continuera d’illuminer mon existence terne et sombre… merci… merci… Merci Yodel, merci les poulets, merci Takeo Ischi, merci à la connerie humaine et à l’imagination débordante… merci pour tout ça et pour le reste… merci !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Masturbation RPale [Moi-même]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La théorie du complot :: La Terre (RP) :: Asie :: Japon-