Forum roleplay (étrange/science-fiction)
 

Partagez | 
 

 Première impression de l'Islande [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage


avatar

Messages : 427
Points de Complot : 277
Fiche : C'est qui Mona?
Date d'inscription : 24/02/2017
Lieu : Rekhjavik Islande
Occupation : Pigiste dans une boite de sécurité

MessageSujet: Re: Première impression de l'Islande [fini]   Lun 23 Oct - 20:00

L’accueil de Luc est juste comme il faut. Pas d’effusions inutiles et pas non plus la distance des arrogants qui veulent essayer d’oublier qu’ils ont passé les dernières heures avec une folle dingue. J’aime bien ses manières, même si je hausse les épaules à son compliment sur ma venue. Faudrait pas qu’il croie que ça me fait quelque chose. De toute façon, je l’ai autant pour moi que pour lui.

Alors qu’il jette un œil dans le sac que je lui ai tendu, je laisse promener mon regard alentours pour vérifier que tout est remis en place. Le maître des lieux est un peu tatillon avec le rangement des affaires et j’avoue que je suis un peu comme lui. J’ouvre les casiers et réaligne les serviettes restantes, le pli principal vers l’extérieur. Les gens sont assez surpris lorsqu’ils se rendent compte que j’ai aussi un côté maniaque. Paraît que mon look ne prépare pas à ça. Genre, je serais une fille crasseuse et dépenaillée parce que je ne me fringue pas comme tout le monde ?

Je me demande bien ce qu’à pu faire mon invité pendant les quelques heures qu’il était censé passer à dormir. Je ne sais pas pourquoi, je ne l’imagine pas dormir « inutilement » même si je ne sais pas trop ce que ce « inutilement » signifie. A mon avis il a passé un moment à gamberger. Ouais, je lui colle pas mal de mes réactions. Je ne sais pas pourquoi mais je sens que cette rencontre est le début de quelque chose, même s’il est hors de question que je l’admette devant lui. Peut-être que mon embryon de réseau de téléportés involontaires pourrait commencer avec lui ? Au moins, j’ai le moyen de le joindre.

Je scrute en louzdé son visage et clairement, au minimum il manque de sommeil. Ceci dit ma gueule doit faire aussi peur que la sienne. Heureusement, je pourrai bosser de chez moi et Pehlivan évitera de se faire des films en me dévisageant comme s’il était mon père qui d’désapprouverait les sorties de sa fille. Parfois je me demande comment aurait réagi Aragorn en face d’une fille comme moi. C’est une question stupide je sais bien puisque c’est son départ qui m’a faite comme je suis. On ne refait pas l’histoire alors aussitôt la question posée aussitôt la question évacuée. Une seule chose est certaine, impossible de le remplacer.

« T’es sûr que tu veux que je t’accompagne ? »


Je tors la bouche pour signifier ma réticence.

« C’pas contre toi, mais les adieux… »

Je ne finis pas ma phrase. Je pense qu’il aura compris. Enfin j’espère. Je suis très mauvaise au jeu de « je prévoie tes réactions » D’un geste de la tête je lui indique la sortie.

« Par contre vaudrait mieux attendre sur le trottoir parce que d’ici on n’entend pas vraiment le bruit de la rue et … »

Bien sûr, le téléphone c’est pas fait pour les chiens et j’ai sans doute tort de m’inquiéter pour ça et pour lui. De toute façon, il a déjà pris les devants et j’ai juste le temps de renfourner le thermos dans mon sac et de fermer la porte de la salle de sport derrière nous que nous voilà déjà sur la rue en même temps qu’une Tesla Modèle X s’arrête devant nous. Putain ! On se mouche pas du pied ! Heureusement qu’il m’a laissé entendre qu’il jouit encore de privilèges de cadre sup de multinationale ! Je suis prête à le croire sans hésiter. Il n’y a qu’à le voir accueillir son carrosse, laisser le chauffeur en descendre et lui ouvrir la porte sans sourciller avant de monter à bord avec le je ne sais quoi qui montre que ce luxe est normal ou en tout cas qu’il y est habitué. C’est un truc que même ses fringues d’homme des bois ne parviennent pas dissimuler. C’est le genre de truc qui me fait gamberger. Les mains fourrées dans mes poches je ne peux m’empêcher de penser que soit ce mec est ce qu’il prétend et pour en savoir plus sur ces saloperies de téléportation ce pourrait être cool de l’avoir dans son camp au vue e l’accumulation des ressources dont il dispose, soit il n’est pas ce qu’il prétend et bordel, dans quel merdier je me suis fourrée ? Aussitôt je me dis que je vais laisser passer un peu de temps avant de le recontacter histoire d’évaluer ce qui va me tomber dessus suite à la visite du Français.

Alors que le chauffeur contourne la berline pour reprendre sa place derrière le volant, je reste stoïque sur le trottoir. Ma main droite va juste rejeter une mèche rousse derrière mon oreille en guise de salut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 62
Points de Complot : 449
Date d'inscription : 10/03/2017
Lieu : Alpes Franco-Suisses
Occupation : Berger, chasseur, guide, gardien

MessageSujet: Re: Première impression de l'Islande [fini]   Mar 14 Nov - 7:48

Je rentre dans la voiture, la gamine, petite demoiselle reste sur le trottoir, c’est son choix, ça fait bien longtemps que j’ai appris à admettre le choix des autres. Alors je rentre dans la Tesla sans plus de cérémonie, je ne pensais pas que le luxe pouvait vraiment me manquer, en fait il ne m’avait plus manqué depuis bien longtemps, cependant j’arrivais toujours à l’apprécier à sa juste valeur sans surfaire la chose, intérieurement comme la plupart de mon monde qui avait tendance à exploser en petit bout de façon répété ces derniers temps.

Non en fait il n’y a pas à dire, quand tu t’es fait titiller plusieurs fois dans la même journée par la vie, avec la délicatesse d’un panzer qui aurait oublié que le canon principal n’était pas des balles à blanc et dont le conducteur aurait ensuite passé la marche arrière pour vérifier ce que c’était ce bruit bizarre sous la chenille le luxe d’une belle Tesla a du bon. Et puis ça repose le dos tranquillement d’avoir un bon coussin.

J’ouvre la vitre vers la demoiselle et la regarde, je suis certain que comme moi à une certaine époque, bien mise, elle ferait un malheur auprès des jeunes de cette génération, mais comme moi elle est partie de ce monde-là. Je l’aime bien, et puis ça sort tout seul :


“Que ton rêve devienne monde et que le vent guide tes souhaits …”

Je tape sur l’épaule du conducteur, il démarre et je ferme la vitre en lui souriant la tête dans un tas de nuage grouillant de souvenirs.
Bons dieux ça fait un temps fou que je ne l’avais pas utilisé cette expression-là, un truc immonde qui traînouille dans mon esprit depuis des lustres, depuis mon adolescence en fait, cette période bizarre où une épée doit s’appeler DreamEater alors que sérieusement quand tu dérouille quelqu’un avec FluffyBunny ça lui fait un beaucoup plus gros coup au moral … Mais par rapport à d’autres trucs de cette période ce point-là me reste avec un sourire. Un bout de mon passé bien plus agréable que plein d’autres au final.

Je rentre sans problèmes dans l’avion, un billet en première fait avancer les choses, un passeport diplomatique permet de faire passer même les plus excentriques des choix, alors ni la Suisse ni les douaniers n’ont rien à redire devant mes cernes et mon regard. J’espère simplement ne pas avoir de nouvelle de ma chère ex PDG dans les prochains mois, je suis persuadé qu’ils ont encore des nouvelles de moi …

Mais dans l’aéroport je sens la nausée qui monte, je me jette dans les toilettes sans avoir le temps de faire attention aux caméras. Je tiens fermement ma ceinture et mes couteaux que j’ai récupéré dans une petite valise acheter pour l’occasion de la soulte. Bons dieux c’était moins une … Je rejette les reste de bière de la veille ainsi que casse-croute de la compagnie, fort bon, à la fois dans les toilettes de Genève et sur mon sol, la porte d’entrée s’ouvre quelques minutes après, je n’ai pas entendu Dagda hurler perdu dans le flux du passage mais j’entant les deux autres rentrer et je me retrouve avec trois chiens autour de moi.

Je suis à la maison, couvert de sueur froides et d’odeur pas particulièrement agréable mais chez moi, je me hisse jusqu’à un lit où je plonge dans un sommeil agité, mais un sommeil garder, un sommeil au final réparateur.


[A bientôt pour de nouvelles aventures ma très chère !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Première impression de l'Islande [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» La première impression est toujours la bonne ... [Maddy ♥]
» Eh? Ah, Annoying... [Islande - Fini]
» Première impression [Libre]
» Mauvaise Première Impression [With Marie J. River]
» [L-7] Une première impression

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La théorie du complot :: La Terre (RP) :: Europe :: Islande-