Forum roleplay (étrange/science-fiction)
 

Partagez | 
 

 Memento Mori |PV Ignas|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Memento Mori |PV Ignas|   Sam 6 Jan - 1:18

18 janvier 2018, Pennsylvania Convention Center, Philadelphie.


Son long calvaire est enfin terminé. Erynn rassemble ses feuilles de notes en les tapotant sur le bureau d'un air pensif, puis redescend prudemment de l'estrade tandis que l'assistance commence à quitter la salle. D'une expression neutre elle répond poliment aux félicitations de ses collègues, dans un secret effort de se montrer civilisée. Sa tête bourdonne désagréablement après l'effort de concentration, dans une sensation désagréable qui se transformerait probablement en migraine. Retirant ses lunettes, elle range méthodiquement ses affaires et se prépare à quitter les lieux le plus vite possible. Seulement il faudrait pour ça que tous ces gens cessent de traîner dans les allées.

En effet de nombreux professionnels papotent encore après une dernière séance de questions qui avait semblé durer une éternité. Dans leur sillage le brouhaha ambiant se fait plus prononcé et lui fait prendre conscience de l'impressionnant nombre de personnes devant lequel elle venait d'exposer les premiers fruits de ses recherches. Pourtant sur son visage blême délicatement maquillé on devine une indifférence et une absence de nervosité peu naturelles.
Son exposé s'est déroulé sans accrocs et pourtant il manquait de sa passion pour la médecine, de cette étincelle d'enthousiasme qui le rendait d'ordinaire vivant et accessible à tous publics. Ce soir sa collaboration avec le Kindred Hospital de Philadelphie aura été d'un contenu aussi pertinent qu'indigeste...

Mais ça, ça lui est franchement égal. Dans son état c'est déjà un miracle qu'elle ait réussi à respecter ses engagements professionnels jusqu'au bout, malgré le jet lag et le bordel sans nom qui règne dans sa tête. En fait Erynn a viscéralement besoin de se prouver que la vie continue, que malgré les horreurs de ses cauchemars certains repères sont intacts. Mais pour combien de temps le resteraient-ils ? Un sourire amer se dessine sur ses lèvres teintées de rouge.
Armée de la sacoche de son ordinateur et son manteau perché sur son avant-bras, élégante dans son tailleur noir, elle a plus l'air d'une femme d'affaires que d'une neurologue approchant à peine la trentaine. Et une femme d'affaires fort déterminée qui plus est.

Après avoir salué les agents de sécurité d'un bonsoir et de quelques brefs remerciements pour leur travail, elle traverse la salle de bout en bout, telle une fusée plantée sur des talons qui la font à peine dépasser le mètre soixante. On pourrait erronément croire qu'elle cherche à éviter quelqu'un, telle est la vitesse à laquelle elle déguerpit en direction de la sortie. Descendant les escaliers la menant au rez-de-chaussée. La rouquine enfile son manteau et se précipite dans la nuit de Philadelphie, sans trop savoir où elle va. Elle pourrait appeler un taxi pour rentrer à son hôtel, mais franchement l'idée de se retrouver seule dans une pièce faisait dangereusement remonter ses angoisses.

Son soupir se mue en nuage de fumée, tandis qu'elle resserre le col de son manteau autour de sa nuque. Ce n'était pas aussi rigoureux que l'hiver d'Alberta, mais les températures négatives n'en sont pas plus agréables. Soufflant dans ses mains la canadienne s'écarte de la foule qui afflue vers Chinatown et la bouche de métro, puis traverse le passage piéton en direction de la 7ème. Il lui semblait y avoir aperçu un bar discret qui ferait l'affaire. Pressant le pas en grelottant, Erynn regrette ne pas avoir pris ses gants.
Finalement après quelques minutes de marche, la vieille enseigne est enfin visible dans le coin qui fait l'angle avec Market Street. Le O'neals est un pub à l'ancienne, empli de boiseries sombres et des chaises hautes autour de son comptoir typique. De nombreuses banderoles décorent les murs pour la seule touche de couleur, affichant fièrement des écharpes de différentes équipes. L'ambiance est chaleureuse et conviviale, avec les nombreux clients qui discutent ou jouent au billard autour d'un verre. Ça ressemblait un peu à un bar à flics, en fait.

Erynn entre à pas timides, plutôt rassurée de voir que ce soir la télévision retransmet un vieux film plutôt qu'un match. Au moins elle n'aurait pas à lutter pour son espace vital au milieu de hooligans. Passant une main nerveuse dans le chignon qui commence à se défaire sur le haut de son crâne, la rouquine s'installe et salue le barman qui lui sourit cordialement depuis l'autre côté du comptoir. La soirée allait être longue.

« Bonsoir. Un verre de votre meilleur scotch, s'il vous plaît. » Retirant son manteau et sa veste de tailleur, elle laissa le courant d'air parcourir son chemisier rouge. L'alcool lui donnerait chaud bien assez vite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Sam 6 Jan - 3:25

18 Janvier 2018. J+10 depuis Stockholm. Ignas se posait toujours des centaines de question sur les péripéties qu'il avait vécu avec Mona, dans la capitale suédoise. Démêler le vrai du faux ressemblait fortement à un exercice de décodage militaire, et ce n'était clairement pas sa tasse de thé à l'époque. En plus de ça, il avait manqué un job pour la première fois depuis sa reconversion, la faute à un retard de son vol retour. Sans surprise, son employeur ne s'était pas montré ravi de cette défection inattendue, et le lituanien ne pouvait pas décemment expliquer les raisons de son absence. En guise de "punition", il avait été assigné à Philadelphie le temps d'une conférence de médecine neurologique.

D'ordinaire, c'est le genre de mission qu'Ignas préfère éviter. Il trouve plus d'épanouissement dans un rôle de garde du corps personnel, plutôt que dans celui d'agent de sécurité. Mais pour le coup, il n'avait même pas cherché à protester. Il avait même préféré conduire pendant 5h plutôt que de prendre l'avion. Ce long trajet dans le confort de sa Ford Mustang, musique à fond, lui offrit du temps supplémentaire pour cogiter. Et si cette histoire d'effet Davis était vrai ? Et si soudainement, il se retrouvait hors de sa voiture, dans un lieu inconnu ? Comment pourrait-il gérer la situation la prochaine fois ? Y aurait-il seulement une prochaine fois ?

La conférence dans la cité de l'Amour Fraternel se déroula sans embûches. Plusieurs éminents spécialistes se succédèrent au Kindred Hospital, jusqu'à la clôture des débats par un docteur coréen, qui avait fait spécialement le déplacement. Erynn H. Howlett, un nom qui figurait tout en haut du listing des personnes à protéger. Aucun éclat de voix, aucun danger, aucune alerte ne fut à signaler durant les nombreuses heures passées à l'hôpital. Sans réelle surprise : mêmes les pires dégénérés ne s'attaquaient pas à ce genre de lieu.

La nuit était tombée depuis longtemps sur Philadelphie lorsque Ignas quitta enfin son poste. Il avait fallut attendre que tout le monde parte pour enfin s'autoriser une baisse de vigilance. A peine sorti de l'hôpital, le lituanien inspira un grand coup. Puis, il détacha ses cheveux, qu'il avait préalablement noué en une courte queue de cheval. Il réajusta sommairement sa tignasse, passa une main dans sa barbe impeccablement taillée, et desserra le nœud de sa cravate. Le dress-code de la conférence était assez strict. Un costume trois-pièces gris, une cravate bleue, et des chaussures cirées. Si Ignas reconnaissait volontiers la classe de l'attirail, il trouvait tout de même que c'était moins pratique pour s'interposer physiquement face à une menace. A moins que les américains considèrent qu'un Colt .45 ACP, soigneusement dissimulé dans le dos de chaque agent, soit suffisant pour ne pas avoir à froisser son veston.

Pour l'heure, Ignas voulait se relaxer. Entre la surveillance qui nécessitait une concentration maximale, et les discours pointus et malheureusement souvent soporifiques des médecins, le lituanien n'était pas contre une bonne rasade d'alcool. Le premier bar qu'il trouverait ferait l'affaire. Il ne chercha même pas à se repérer, emprunta une ou deux rues au hasard, et finit par s'engouffrer dans un pub appelé le O'neals. L'ambiance était relativement chaleureuse. Un vieux film était diffusé sur les différentes télévisions, chose qu'Ignas trouva étrange. Avec le nombre d'équipe de sport professionnel dans la ville, bien rare était les soirs où la fièvre de la testostérone ne s'emparait pas de tout l'état. En tant que bon lituanien, le garde du corps n'aurait pas craché sur un match de basket-ball, mais il ferait avec. Il s'approcha du long comptoir, prit place sur un tabouret légèrement isolé, et salua poliment le barman.

Une vodka. Pure. Triple dose. S'il vous plaît. Commanda-il, son anglais toujours marqué par son accent slave. En un peu plus de trois ans de vie américaine, il n'avait toujours pas réussi à masquer, ni même à minorer cette marque de ses origines. Au fond, ce n'était pas vraiment un problème, Ignas étant très fier de son pays. Mais parfois, certains faisaient l'amalgame, le prenait pour un russe communiste, et forcément, c'était pas tout le temps marrant.

Lorsque son verre arriva, Ignas remercia le barman d'un signe de tête, et descendit immédiatement une grosse gorgée. Son regard embrassa la totalité des lieux. Il y avait de l'animation à la table de billard. Un groupe de trois jeunes actifs, vingt-cinq, peut-être trente ans, semblait avoir commencé la soirée en avance. En résultait un taux d'alcoolémie plus avancé que le reste de la population du bar, au sein duquel chacun faisait sa vie de son côté. Le problème, c'était vraiment ce trio. De là où il était, il pouvait entendre des remarques de bien mauvais goûts, dirigées vers une jeune femme, également assise au bar. Il ne fallut qu'un regard à l'agent de sécurité pour reconnaître le docteur Howlett. Comme. Par. Hasard. Pensa-il, à mi chemin entre le soupir et le sourire amusé. Finalement, si ça persistait, il allait devoir faire des heures supp' improvisées.

Et bien évidemment, ça n'allait pas manquer. Les trois zigotos finissaient leur partie de billard tout en sirotant allègrement leurs bières. Ils se faisaient plus insistants, moins polis, si tant est qu'ils l'aient été à un moment donné. Et surtout, l'un d'entre eux se rapprochait dangereusement de la coréenne. Sans hésiter, Ignas se leva à son tour, prêt à intercepter l'énergumène. Avant même qu'il n'ait pu engager la "conversation", l'ancien soldat se posta devant lui. Il le surplombait d'une demi-tête. Le visage neutre, quoique légèrement souriant, Ignas s'exprima sur un ton à la fois amical et ferme.

Vu le nombre de conneries que tu débites depuis tout à l'heure, je pense que tu peux faire une croix sur les chances que tu penses avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Dim 7 Jan - 22:15

Le scotch glisse en une traite le long de sa gorge telle une coulée de magma, ardente et amère. Erynn grimace et secoue légèrement la tête pour mieux le faire passer, avant de reposer son verre d'un coup sec sur le comptoir. Le bruit se noie dans les conversations ambiantes, goutte dans l'océan de cacophonie. Ça fait un bon moment depuis la dernière fois qu'elle a eu le loisir de boire à sa guise, sa rigoureuse routine de service aux urgences lui laissant très peu de temps libre. Ce soir serait néanmoins différent, ce soir elle se fout bien des rendez-vous du lendemain ou des effets de la gueule de bois qui ne manqueraient pas de les accompagner.

Sous son chemisier sa poitrine semble soudainement prendre feu, mais elle reste imperturbable, assise les jambes croisées, le dos bien droit, le menton levé. Un verre c'était loin d'être assez pour oublier les images étranges qui couvent sous son front à chaque bruit ou mouvement trop brusque. Si le premier verre est difficile, les suivants finiront pas passer tout seuls.
Depuis l'autre côté du comptoir le barman a au moins la gentillesse de bien vouloir la resservir sans poser de questions indiscrètes ou faire de commentaires. Peut-être a-t-il reconnu les ombres tourmentées dans son regard émeraude, ou peut être ne veut-il simplement pas froisser un client prêt à dépenser. Cela n'a aucune importance en fin de compte, tant qu'il ne fait pas d'histoires.

Après quelques minutes l'alcool commence à faire son effet. Erynn sent ses muscles lentement se vider de leur tension et si elle est encore loin d'être ivre, elle a au moins atteint le stade où tout s'embrume assez pour paraître plus supportable. Décidément sa résistance en a pris un sacré coup depuis les temps d'université.
Parfois elle jette un coup d’œil furtif à son téléphone, guettant un texto de Nathan ou un appel de ses parents. Toutefois le calme de son expression ne change pas. Elle a bien reconnu un des agents de sécurité à l'autre bout du comptoir, mais il ne lui viendrait pas à l'esprit d'aller le déranger. Telle une poupée automate, la métisse sourit pensivement devant ce vieux film stupide, sans prêter la moindre attention à ce qui l'entoure. C'est pourquoi elle n'a même pas remarqué le jeune homme qui la zieute depuis une bonne dizaine de minutes, en riant sous cape avec ses copains.
Lorsque ce dernier approche Erynn ne lui accorde même pas un regard, jugeant à tort qu'il se dirige vers la sortie du bar pour se griller une clope. Aussi quand le grand blond se lève pour s'interposer, elle ne comprend pas tout de suite ce qui se passe. Ce n'est que quand l'échange se prolonge, les deux hommes se regardant dans les yeux avec une obstination hostile, que lumière se fait dans son cerveau embrouillé.

Avec nonchalance la chirurgienne fait demi-tour sur son tabouret, un peu perplexe qu'ils se crêpent le chignon comme ça. D'ailleurs elle n'a même pas le cœur à se laisser agacer par la lourdeur naïve de l'un et l'excès de zèle chevaleresque de l'autre. Le verre danse et tourne sous ses doigts agiles, tandis qu'elle les observe avec scepticisme et incrédulité. Une femme seule n'a-t-elle même plus le droit de se faire aborder par un inconnu sans qu'un tiers intervienne ? Que craignait-il qu'il se passe dans un lieu public, un échange de numéros ou un baiser langoureux sous le regard avide de potes ivres qui s'esclaffent ?

« C'est bizarre, je n'ai pas souvenir d'avoir payé pour des heures supplémentaires, monsieur. »

Sa voix est très décontractée voire un peu amusée par la scène improbable. Malgré sa torpeur, son regard malicieux regagne un peu de sa perspicacité habituelle. L'intervention d'Ignas ne l'offusque pas pour deux sous, mais soulève pas mal d'incompréhension quand même. Quelque part elle préférait accorder le bénéfice du doute et se dire que l'agent de sécurité avait agi par déformation professionnelle plutôt que par impulsivité testostéronée.
Erynn soupire de lassitude. Renvoyer un mec insistant dans ses cordes n'avait jamais été un problème aussi elle fait fasse à ce dernier, sourire au bord des lèvres.

« Hum... Je pourrai pas boire assez pour que vous fassiez un jour mon style, alors autant vous épargner le temps et les compliments. » Un grand murmure se fait entendre depuis la table de billard, avant que des rires bon enfant n'éclatent. Quelques billets circulent de main en main au dénouement de ce qui avait visiblement fait le fruit d'un pari. « Je vous souhaite une bonne soirée. »

Erynn dodeline de la tête en le voyant s'écarter bière à la main, dans une tentative de ne pas totalement perdre la face. Il l'a mieux pris qu'elle ne l'aurait cru, sans doute également dissuadé de persister par la bonne ambiance et la présence d'Ignas.
Son regard vogue naturellement vers ce dernier, qui se tient toujours dans une posture rigide et presque martiale en dépit de son sourire. L'espace de quelques courtes secondes, cela lui rappelle son père militaire. Néanmoins la mélancolie ne dure pas, son esprit passant vite à autre chose avant que son humeur n'en prenne un coup. Tournée vers le barman qui rit dans son coin, Erynn lui fait signe. C'est néanmoins à Ignas qu'elle s'adresse.

« Une tournée en remerciement pour votre... bonne intention. » La rouquine remet une mèche derrière son oreille et se réinstalle confortablement. « La vie doit être dure si vous êtes tout le temps sur le qui-vive comme ça. Une habitude du boulot ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Lun 8 Jan - 22:20

La tension s'installe, bien évidemment. Le petit gars face à Ignas n'a pas apprécié l'intervention de ce dernier, tandis que le garde du corps n'a pas apprécié sa manière d'exprimer à quel point il passerait la nuit avec le docteur Howlett. Pourtant, lorsque la jeune femme se retourne, verre de scotch à la main, tout s'écroule. L'ironie teintée d'amusement qui teinte ses paroles font l'effet d'une claque à l'arrière de la nuque du lituanien. Il baisse la tête, laisse échapper un nouveau sourire, un peu plus crispé. Quoi ? Elle n'a pas entendu ce que l'autre raconte depuis tout à l'heure ? Est-ce qu'elle fait partie de ces femmes qui refusent catégoriquement l'aide d'un homme, et ce quelle que soit la situation ? Au fond, ce n'était pas les affaires d'Ignas, il n'avait pas à intervenir. Il ne l'avait fait que par... par quoi d'ailleurs ? Tout ce qu'il voulait, c'était que le petit lourdaud n'importune pas la jeune femme. Bon. Si elle ne voulait pas d'aide...

Je me disais aussi que j'étais pas payé pour ça. S'amusa à son tour l'ancien soldat.

Puis il fit un pas de côté, laissant libre accès au dragueur du dimanche. La réplique d'Erynn fut cette fois plus cinglante. Sa voix n'est en rien agressive, son sourire est inamovible, mais les mots sont tellement bien trouvés qu'Ignas ne peut s'empêcher de souffler du nez. Il ne va pas jusqu'à éclater de rire, bien qu'il en ait envie. Pas la peine d'attiser les flammes d'un potentiel conflit, surtout que le petit gars devant lui ne cherche pas à négocier, et s'en va tout de suite. Voilà qui règle le problème, la soirée pouvait continuer. En partie en compagnie de la jeune femme donc, puisque cette dernière proposait aimablement une tournée.

Puisque c'est si gentiment proposé, ce serait impoli de refuser. Acquiesça Ignas, toujours dans cet anglais empreint d'un fort accent slave. Son regard passe vers le barman : La même chose, s'il vous plaît.

La vodka ne tarde pas à arriver, toujours aussi pure, toujours aussi triple dose. Quant au barbu, il a prit place sur le tabouret à gauche du docteur. Une asiatique rousse, c'est plutôt rare, songe-il, mais il n'exprime pas ça à voix haute. Pareil pour le nom du docteur, qui ne fait pas très coréen. Pas ses affaires, l'armée lui a appris à éviter les questions qui fâchent, quand il s'adressait à ceux qui n'étaient pas ses ennemis, tout du moins. A la question de la rouquine, il esquisse un énième sourire en coin.

Dans mon pays, les mecs qui parlent comme lui ont peu de chances de finir la soirée dans le bar où il l'ont commencé. J'ai juste tendance à oublier que c'est pas Vilnius ici. Il descend une grande gorgée de son breuvage, laissant l'alcool brûler sa gorge le temps d'un instant. Bah ! Oublions-ça, voulez-vous ? Ignas Astrauskas, enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Mer 10 Jan - 18:46

La soirée est trop belle pour se prendre la tête avec des élans impulsifs d'altruisme ou des avances malvenues. Tout ce qu'Erynn demande ce soir c'est de s'oublier l'espace de quelques heures, de noyer des images trop vives au fond de son verre, profiter tant qu'elle n'est pas à nouveau plongée dans des scénarios de fils d'horreur un peu trop réels à son goût. À côté de ces derniers la situation au bar est de toute façon trop insignifiante pour qu'elle prenne la peine d'en tenir rigueur à qui que ce soit.

D'autre part cet homme l'intrigue, non par sa promptitude à agir préventivement ou son physique de lutteur, mais pour la modulation de son parler. Erynn ne reconnaît pas vraiment cet accent prononcé, qu'elle identifie vaguement comme Scandinave ou Slave. Certes cela collerait avec l'apparence de l'homme blond qui fait au moins une trentaine de centimètres de plus qu'elle, néanmoins il serait fort précipité de tirer des conclusions. La chirurgienne était elle-même un pot-pourri d'orient et d'occident, après tout.
Finalement l'inconnu lève le mystère en répondant indirectement à sa question. Ignorant volontairement l'implication violente de ce qu'il vient de dire, Erynn poursuit sur un terrain qui se veut neutre.

« La Lituanie, alors ? Ça fait une sacrée trotte. Un peu le mal du pays ? »

Ça pouvait paraître indiscret, en fait sans l'était sans doute un peu. Néanmoins Erynn ne pense pas à mal et se laisse porter par sa maladroite tentative de faire la conversation. L'alcool aidait beaucoup car aborder un complet étranger n'était pas dans ses habitudes. Enfin ce soir était déjà une exception alors perdu pour perdu...
Avec un léger sourire elle lève son verre pour un toast silencieux, puis en descend une bonne moitié d'un coup. Demain elle repenserait sûrement à cette soirée en rassemblant les morceaux du puzzle, émergeant d'entre les vapeurs de sa douloureuse migraine, se demandant ce qui l'avait prise la veille. Mais pour maintenant... fuck it. Peut-être que l'ébriété la rendrait plus sociable.

« Erynn Howlett, mais apparemment vous le savez déjà. »

Sa locution est encore parfaite en dépit de la boisson et sans accent apparent, ce qui n'est guère surprenant vu que l'anglais est sa langue maternelle. Ou paternelle pour être exact.
D'une œillade curieuse elle dévisage Ignas par-dessus son verre, sourire au coin des lèvres. Il y a une grosse teinte d'auto-dérision dans sa voix, à la fois de par sa lamentable prestation et par le peu d'intérêt que suscitait d'ordinaire sa spécialité. Trop de détails scientifiques c'était fort décourageant pour les gens qui espéraient simplement que les recherches portent immédiatement des résultats concrets.

« Je vous ai pas trop fait piquer du nez à la conférence ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Dim 14 Jan - 17:05

La vodka coule dans sa gorge, sa brûlure permet à Ignas de penser à autre chose qu'à ses velléités chevaleresques mal placées. Fort heureusement, le docteur ne semblait pas s'en émouvoir plus que ça. Après tout, elle lui avait même offert un verre, et tentait de faire la conversation.

La Lituanie en effet. Acquiesça le tatoué en tournant la tête vers Erynn. J'essaye de rentrer au moins une fois par trimestre, j'essaye de passer du temps avec ma famille. Maintenant que je peux le faire plus régulièrement, j'en profite.

L'alcool lui en fait dire plus que ce qu'il devrait. Erynn a beau être docteur, ce bar n'est pas protégé par le secret médical. Mais bon, tant pis, il ne révélait pas d'informations confidentielles de toutes façons, alors quel mal y avait-il à s'ouvrir aux autres. C'est un truc pour lequel les lituaniens ne sont pas doués. A Vilnius, les conversations sont souvent banales, personne ne voulant vraiment parler de lui. Tout juste acceptaient-ils de dire combien de frères et sœurs ils avaient. Les Américains étaient bien plus ouvert.

Et donc vous, vous êtes coréenne, si je me trompe pas ? La côte est, c'est pas non plus la porte à côté, par rapport à chez vous. Ignas n'aborda pas la question du nom, qui le taraudait toujours. A la place, il préféra une tentative d'humour : On va finir par trinquer aux longues heures d'avion qu'on se tape à chaque fois qu'on rentre chez nous !

Le bar dans lequel ils buvaient n'étaient pas si mal, en fin de compte. Il y avait suffisamment de bruit pour rendre l'endroit vivant, mais pas assez pour que ça devienne invivable. Pas trop de monde au bar, pas -encore- de déchets humain ivre mort avant l'heure, et de la bonne vodka. L'endroit parfait pour faire passer les heures.

Désormais, Erynn abordait le sujet de sa conférence. C'était toujours compliqué pour Ignas d'aborder ce genre de sujets. Même s'il avait eu tous ses diplômes du premier coup, il n'avait jamais fait d'études supérieures. Il était loin d'être stupide, mais il était tout aussi loin d'être brillant. Engagé dans l'armée dès son dix-huitième anniversaire, il connaissait mieux les mécanismes des HK G36 de l'armée que les formules mathématiques et les termes scientifiques.

J'étais plus concentré sur votre sécurité que sur vos paroles, pour être honnête. Il bottait en touche, mais il ne put s'empêcher de se permettre une remarque. Vos travaux sont un peu trop avancé pour moi. Mais vous aviez l'air de royalement vous faire chier sur l'estrade.

Un docteur mondialement connu qui présente ses travaux a un colloque d'autres médecins mondialement connus. Sur le papier, l'événement semble propice à un échange d'idée intéressantes et novatrices. Mais peut-être que sur le fond, ce n'est qu'une autre réunion ennuyeuse pour génies qui ne se comprennent qu'entre eux, et encore ?

A termes, sur quoi espérez-vous déboucher avec vos travaux ?

La question lui était venu comme ça. La réponse avait peut-être été donnée pendant la conférence, mais il n'avait déjà pas compris sur quoi portaient les travaux du docteur Howlett. Peut-être qu'il aurait du commencer par ça d'ailleurs. En attendant, il demanda un nouveau verre, tout en signifiant à la coréenne que la prochaine tournée était pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Lun 15 Jan - 15:18

« Une fois par trimestre ? C'est plutôt sympa. » Erynn expira par le nez, les yeux rivés sur le film des années quatre-vingt qui résonnait en fond. Elle ne connaissait pas le titre, néanmoins les coiffures improbables et excentriques étaient représentatives de l'époque. Il y avait de quoi se demander si tous les personnages ne portaient pas des perruques...

« Actuellement j'ai à peine le temps de rentrer voir mes parents une fois par an, si j'ai de la chance. Mon travail est pas très conciliant en ce qui concerne la vie privée, et puis l'avion c'est pas trop mon truc. » En ce qui la concernait un emploi du temps chargé ce n'était pas plus mal, parfois. Au moins en étant constamment occupée il lui restait moins de temps pour se poser des questions existentielles. Des questions comme celles qui la poussaient à sortir boire ce soir. Son cerveau bouillonnait de telle sorte que petit à petit ses réserves commencent à sauter.

« Je suis à demi coréenne, oui. » Timidement elle regarde en direction d'Ignas. Ses yeux verts ne laissent pas trop de doute concernant à cette mixité qu'elle ne saurait nier même si elle l'avait voulu. « Et à demi canadienne... C'est là-bas que vivent mes parents. »

Il faudrait d'ailleurs qu'elle pense à les voir si elle en avait l'occasion. Ce serait bien bête de se trouver sur le continent américain sans faire un détour par Alberta. Et puis peut-être que l'air de la montagne lui ferait du bien... si l'effet Davis ne lui jouait pas encore des tours en cours de route. Avec humour elle lève légèrement son verre. « Qu'à cela ne tienne, trinquons aux expatriés ! »

Reposant son verre désormais à nouveau vide, Erynn soupire. Repenser à ce colloque lui faisait un peu mal au cœur. Sa conscience professionnelle avait du mal à accepter de faire les choses à moitié, aussi ce ne serait jamais acceptable de ne pas s'investir à cent pourcent. D'un autre côté actuellement les choses étaient loin d'être aussi simples, et il ne suffisait pas de vouloir pour y arriver. En dépit des apparences son corps et surtout son esprit étaient à bout.
Erynn sourit aux propos du lituanien, sincèrement amusée. Il faisait preuve de tact mais avait au moins été honnête, c'était appréciable. Loin de se vexer elle soupira profondément, puis en rit. Heureusement personne ne savait les vraies raisons de son misérable exposé, et c'était mieux comme ça. Trop de gens avaient déjà été mêlés.

« Je... Disons que le jet lag n'aide pas à être dans la meilleure des formes. Je ne m'ennuyais pas là-haut, par contre je mentirais si je disais que j'y ai pris plaisir. » Elle fronce les sourcils, se doutant que cela devait paraître contradictoire. « C'était... pas mon jour, d'habitude c'est plus accessible que ça. » Ce n'était jamais son jour, depuis décembre.

Pourtant cette conférence était importante pour sa carrière, une opportunité en or de faire entendre sa voix et ses théories sur un autre continent. Et si cela ne s'était pas passé comme Erynn l'avait espéré, au moins ce n'était pas une catastrophe non plus. Dans son état, c'était une petite victoire.
Toutefois la rouquine s'étonne sincèrement de la curiosité d'Ignas. C'est vrai qu'ils n'avaient pas beaucoup de sujets de conversation évidents, néanmoins c'était inattendu qu'il aborde son travail. D'habitude les gens se barraient en courant dès qu'il était question de parler de ses recherches. Haussant un sourcil, elle lui répondit tout de même en essayant de faire le plus simple posible.

« Dans un colloque de ce genre la sécurité est plus une formalité qu'autre chose. À part des enthousiastes qui se tapent dessus avec des flyers et des bouquins dédicacés de leurs idoles scientifiques, je vois pas trop ce qui pourrait mal tourner. Mais c'est plutôt bon de savoir que vous prenez votre rôle au sérieux, je suppose. »

Entre deux Erynn zieuta le menu et commande une grande dose de frites. Pendant que le barman fila passer la note en cuisine, elle en revint à la conversation.

« Mon but est à terme de pouvoir soigner un type précis de lésions nerveuses partielles qui sont actuellement considérées irréversibles par la médecine moderne. La conférence visait à exposer nos méthodes, les premiers résultats obtenus lors d'interventions à l'hôpital où je travaille, et à encourager les praticiens à s'informer de sorte à pouvoir les reproduire et les améliorer. » C'était un terrain où elle se sentait plus à l'aise en tout cas, et ça se sentait. Ironiquement il y avait presque plus de passion dans cette brève explication que dans son discours il y a une demi-heure. « Et vous, vous êtes assigné au Pennsylvania Convention Center, ou bien vous faites autre chose aussi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Mar 16 Jan - 22:57

C'est vrai qu'il n'avait jamais vraiment pris le temps de se rendre compte de la chance qu'il avait. Après plus de dix ans de bons et loyaux services pour sa nation, Ignas profitait désormais d'un train de vie confortable dans une ville qu'il affectionnait sincèrement, avec la possibilité de rentrer au bercail régulièrement. Rares étaient ceux qui pouvaient se permettre des voyages aussi fréquents, surtout lorsqu'ils impliquaient une grosse dizaine d'heures d'avion. Le docteur Howlett n'avait pas ce privilège, ce qui étant donné ses occupations, n'était pas vraiment étonnant. Les métiers qu'ils faisaient impliquaient de passer plus de temps à s'occuper des autres plutôt que des siens.

Je sais ce que c'est, j'étais soldat avant. Alors les longues périodes loin de tout ceux qu'on connaît, ça me parle. Au sein des Forces Spéciales, il y avait très peu de permissions accordées. L'élite formait un groupe très restreint, donc il y avait toujours besoin de tout le monde. Le tatoué avait raté un paquet d'anniversaires et de Noël. Le pire c'est les gamins. Lança-il, le regard plongé au fond de son verre. J'ai juste un neveu, mais ça fait bizarre de le voir prendre vingt centimètres entre chaque visite. Vous en avez, vous ?

C'était sans doute assez indiscret de poser cette question, mais leur discussion n'était pas un simple échange de bons procédés et de discussion boulot. Au diable les conventions, l'alcool déliait les langues et poussait les gens à être indiscret. Pour les regrets, il y aurait toujours un lendemain.

Pour l'heure, Ignas obtenait indirectement la réponse à la question qu'il n'avait pas posé. Mi-coréenne, mi-canadienne donc. Ce qui expliquait le nom, les yeux verts et la chevelure rousse. Quoique, il y avait sans doute des coréens roux, pour ce qu'il en savait. Si les parents d'Erynn vivaient au Canada, c'était l'occasion rêvée de prendre deux ou trois jours de vacances supplémentaires pour passer faire coucou. Mais le lituanien n'était pas encore suffisamment ivre pour suggérer l'idée. Ou plutôt était-il encore suffisamment sobre pour se rendre compte que ce n'était pas ses affaires, et qu'il n'avait pas à dire quoi faire à son interlocutrice.

La conversation déviait doucement vers le colloque de l'après-midi. Pour Ignas qui n'avait pas vraiment suivi les exposés des uns et des autres, c'était l'occasion de se cultiver un peu. Entre sa mission d'agent de sécurité et sa générale inattention sur les sujets abordés, il y avait du boulot, et il n'était pas sûr de tout comprendre. Peut-être aussi qu'Erynn ne serait pas trop tentée de se replonger dans ce qu'elle avait expliqué à peine trente minutes plus tôt, d'autant plus qu'elle expliquait que ce n'était pas la grande forme. A sa mention sur la sécurité, le barbu acquiesça :

En effet, parfois sur ce genre d'événement, j'ai l'impression de ne servir à rien. Mais il suffit d'un dégénéré pour causer un drame. Surtout qu'on sait jamais quel genre de fou peut s'attaquer aux hôpitaux.

Que ce soit en Afghanistan ou en France, des antécédents existaient. C'est pour cela que les conférences de ce genre se déroulaient toujours sous vigilance accrue. Perdre une dizaines des esprits les plus brillants de la terre serait un terrible coup à la recherche médicale. Recherches dont dépendaient beaucoup trop de monde pour se permettre le moindre laxisme.

L'explication du docteur Howlett était claire, concise et précise. Malgré ses trois verres de vodka, Ignas avait tout compris, et la coréenne avait semblé plus enthousiaste que pendant sa conférence. Bien sûr, c'était là une explication minime, puisqu'elle n'abordait ni les différentes lésions visées, ni les méthodes, ni les résultats, mais ce serait rentrer dans une série de termes compliqués que le garde du corps n'avait pas vraiment envie d'entendre.

Alors à la base, je travaille plutôt sur Boston et ses environs. Je vis là-bas depuis quelques années, et mon job c'est plutôt garde du corps. En gros, surveiller des gosses à peine majeurs le temps d'une journée, et éviter qu'ils fassent quelque chose de stupide. Si je suis là aujourd'hui, c'est parce qu'il... manquait quelqu'un.

Il avait légèrement hésité avant de finir sa phrase. L'alcool avait failli lui faire cracher le morceau. Le barbu ne pouvait pas décemment révéler que si il était en Pennsylvanie, c'était parce qu'il avait prit des vacances aussi impromptues qu'involontaires à Stockholm. Ni qu'il était là en guise de "punition".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Mer 17 Jan - 18:18

Ses yeux étaient toujours rivés sur la scène d'action qui défilait à l'écran, sans pour autant qu'elle n'y prête attention. La conversation avait migré vers une drôle de réflexion, amenant avec elle le désagrément du vide laissé par une orientation carriériste. Erynn ne regrettait pas les années d'efforts et de sacrifice qui l'avaient amenée là aujourd'hui, seulement parfois c'était difficile de continuer sans se poser des questions. Le temps passait trop vite et sa vie sans dessus-dessous était devenue si imprévisible que chaque jour loin des siens lui faisait craindre de ne plus les revoir. Sa situation était différente de celle de l'ancien militaire, mais leurs préoccupations étaient plutôt similaires.

« Je suis fille unique, malheureusement. » Son verre s'arrête de tourner entre ses doigts agiles, Puis elle rebrousse ses manches qu'elle replie jusqu'au coude. Discuter lui paraissait étonnamment libérateur, sans doute justement parce qu'ils ne se connaissaient pas. « C'est pas évident de combler le temps d'absence et on ne peut pas non plus faire marche arrière. Mon père est aussi un ancien soldat, alors je connais les deux faces de cette pièce. »

La seule cousine dont elle était proche était une célibataire aimant profiter de sa liberté, une bonne vivante loin d'être prête à se caser. Bien que Erynn la considère comme sa sœur, il était peu probable qu'il soit question d'enfants avant un moment. À moins d'un accident lors d'un de ses aventures peut-être, et elle ne le lui souhaitait pas.
La famille paternelle était disséminée aux quatre coins du Canada, habitant souvent au milieu de nulle part. En outre ils n'étaient pas assez proches pour qu'elle connaisse grand chose à leur sujet outre leurs prénoms et adresses approximatives. Ses études de médecine l'ayant enracinée à Alberta, Erynn n'en avait pas beaucoup rencontré en personne, finalement. Sa famille maternelle était quant à elle établie loin de la capitale, principalement sur l'île de Jeju et la région méridionale de la Corée du Sud. Pour la plupart cela faisait un paquet d'années qu'elle ne les avait pas croisés, et hormis sa grand-mère elle n'avait pas de contact régulier à cause de la distance et son peu de disponibilité.

Son regard se ternit de mélancolie en repensant à sa chère doyenne, raison principale de son déménagement en Asie. S'il y avait une personne avec laquelle la chirurgienne regrettait de ne pas passer plus de temps, c'était elle. Malgré son fort tempérament et son énergie débordante, à chacune de leurs retrouvailles cette dernière lui semblait plus ridée, plus voûtée par l'emprise du temps. Et ce satané entêtement à ne pas cesser la pêche en mer en dépit de son âge avancé c'était... une inflexibilité visiblement héréditaire.

Le barman revint néanmoins vers le comptoir avec une grande dose de frites, distraction bienvenue pour son esprit parti ailleurs. Saisissant donc la bouteille de ketchup, Erynn en verse un peu dans un coin de son assiette avant de la pousser à portée d'Ignas. Saisissant une des deux fourchettes, elle pioche une grande bouchée avant de répondre à nouveau. Du regard elle observait le Lituanien et sa dégaine de viking, qui lui faisaient l'impression d'être un mélange de Ragnar Lodbrok et un mannequin sur ses magazines pour metal heads.

« Quoi, vraiment ? » Un sourire plissa ses lippes teintes de rouge et ses pommettes constellées de tâches de rousseur s'étirèrent d'hilarité. Il lui paraissait étrange de passer de garde du corps à agent de sécurité, mais peut-être était-ce mieux payé... ? Son ton se fit amusé, même si c'était clairement une taquinerie. « Baby-sitter avec quelques primes de risque alors. Dites-moi c'est quoi le truc le plus marrant qu'il vous a été donné de voir ? Doit bien y avoir des anecdotes avec un boulot pareil, non ? »


Dernière édition par Erynn H. Howlett le Lun 22 Jan - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Ven 19 Jan - 17:53

La vie loin de sa famille avait toujours été la partie la plus difficile du métier d'Ignas. Pire que le régime alimentaire et l'entraînement intensif auquel il se pliait. Le fait de ne pas avoir de contact pendant plusieurs mois, chose qui lui était arrivé plus d'une fois, notamment pendant ses missions en mer dans le cadre de l'opération Sophia, c'était difficile. Son neveu grandissait, et il n'était pas là. Mais lorsque le docteur Howlett lui révéla que son père avait lui aussi étrenné les treillis, le lituanien se mit un instant à la place de la jeune femme.

J'ai toujours préféré éviter de penser à ce que ressentait ma famille. Je n'ose pas vraiment imaginer ce que c'est d'avoir un proche qui part en mission. Malgré l'entraînement, il y a toujours la peur de ne pas le voir revenir...

Les missions commandos, les abordages de navire pirates, le démantèlement d'organisations criminelles, Ignas avait prit part à bon nombre d'opérations très risquées au sein de l'escadron Aitvaras. Mais il s'en était toujours bien sorti. Et puis il fallait bien l'admettre, la Lituanie n'était pas le pays le plus dangereux du monde. Quant aux missions contre la piraterie nord-africaine, si le danger était bien plus réel, l'immense supériorité numérique et technologique des forces de Sophia minimisait les risques. Mais elle ne les supprimait pas. Le tatoué revoyait encore Francesco, un italien avec lequel il avait sympathisé en mer, s'écrouler face à une rafale d'AK-47. Certains soirs, il ne trouvait pas le sommeil à cause de ça.

Depuis, son déploiement pour l'OTAN, du côté du Massachusetts, l'avait éloigné des fronts. Il n'avait que rarement eu l'occasion de prendre les armes, et passait le plus clair de son temps à s'entretenir physiquement, et a former des futurs soldats. Activité très prenante, gratifiante lorsque ses poulains recevaient une promotion, mais manquant cruellement d'adrénaline. Le soldat aurait pu rentrer au bercail, mais il avait préféré suivre une nouvelle voie au pays de l'Oncle Sam. Garde du corps, c'était bien pour lui. Ce n'était pas aussi dangereux, et il y avait tout de même un peu d'action, parfois.

Erynn avait commandé des frites, une grande assiette. Lorsque celles-ci furent servie, le docteur n'hésita pas à pousser légèrement l'assiette vers le Lituanien, lui signifiant qu'elle était disposée à partager. Le barman avait même apporté deux fourchettes. Décidément, quelle gentillesse, pensa Ignas avec le sourire, en piquant une frite. Ça lui changeait des gosses ingrats qu'il protégeait.

D'ailleurs, en parlant de gosse ingrat, voilà qu'Erynn s'amusait de sa situation. C'est vrai qu'il y avait des primes de risques, dans son contrat. Et qu'il n'avait pas tout le temps des jeunes pop stars à protéger. Mais c'était bien dans ses différentes missions avec ces dernières que les anecdotes étaient les plus croustillantes.

Je ne surveille pas que des gosses, mais quand c'est le cas, c'est généralement assez peu risqué. Même si parfois, il faut faire attention aux bains de foule ! Une fois, je bossais la journée pour un jeune chanteur. Contrat de confidentialité, je peux pas dire le nom. Même pas en âge de boire de l'alcool, mais déjà un bon caractère de petit merdeux. Je l'escortais vers les coulisses de la salle de concert, et il y avait... pfiou, une bonne centaine de gamines, entre 12 et 20 ans je dirais, qui attendaient devant la porte dérobée qu'on devait emprunter. On fend la foule, on joue un peu des coudes pour éviter que la star du jour se fasse alpaguer à droite à gauche, bref, la routine. C'était vraiment dense, on avançait pas bien vite, et le gosse commence à perdre patience. Et là, sans prévenir, il crache sur une fan un peu trop collante. Là ou ça devient encore plus incroyable, c'est quand une demi-douzaine d'autres gamines se sont littéralement jetée sur l'autre pour lui lécher la joue ! Comme si c'était un honneur de récupérer un peu de la salive d'un gamin. Un grand moment, par contre ça a été un vrai calvaire pour que l'affaire ne s'ébruite pas...

Il avait fallu retrouver la jeune fille qui s'était faite cracher dessus, s'assurer que personne n'avait enregistré la moindre vidéo, scruter les différents tabloïds pendant deux semaines... Administrativement, les choses avaient été tellement chaotiques qu'Ignas avait totalement refusé de travailler à nouveau pour l'individu en question. Mais bon, ça faisait une chouette petite anecdote. Le Lituanien aurait bien retourné la question à Erynn, mais cette dernière étant une docteur renommée, elle devait plus souvent tomber sur des cas dramatiquement insoluble que sur des rigolos qui viennent avec une arête de poisson coincée dans la narine... Finalement, le garde du corps préféra orienter la conversation sur un autre sujet.

Et pour vous, c'est comment la vie de docteur de renommée mondiale ? On vous reconnaît dans la rue ? D'ailleurs, comment est Séoul ? Je n'ai jamais mis un pied en Asie, à mon grand regret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Jeu 25 Jan - 7:44

Les absences et les déménagements étaient le pain quotidien des familles de militaires, une routine à laquelle elle n'avait pas non plus échappée. Ce train de vie avait grandement contribué à son trouble d'adolescente révoltée et constamment mis sa mère en porte-à-faux. Seule, cette dernière avait subi les blâmes de ses semblables, sommairement jetée en pâture à leurs critiques ignorantes à cause du tempérament difficile d'Erynn. Aujourd'hui elle apparaissait peut-être comme une personne posée et responsable, mais cela n'avait pas toujours été le cas, loin de là. Son sourire se fit coupable en repensant à tous les problèmes créés à ses parents.

« Il est encore en fonction parce que c'est une tête de mule et un drogué du travail, mais avec son grade et les années de service c'est principalement de l'administratif, heureusement. De quoi être toujours impliqué sans prendre des risques inconsidérés, même si ça l'empêche pas de se tuer à la tâche. »

La rouquine commença à manger avec appétit, ce qui avait sûrement de quoi surprendre étant son gabarit de poids plume. Ses quarante-cinq kilos tout mouillés et sa stature fine feraient plus penser au mannequin qu'au docteur si elle n'était pas aussi petite, après tout ce n'est qu'avec ses talons qu'elle dépassait le mètre soixante. Hélas pour son auto-estime il n'y avait pas grand chose qu'elle puisse faire pour changer ça, son métabolisme refusant de prendre un seul gramme en dépit de la pratique régulière de divers sports.
Mâchonnant ses frites avec un plaisir non feint, Erynn écoute l’anecdote d'Ignas en arrosant parfois le tout d'une gorgée de bière anglaise. Ce n'était pas vraiment dans ses habitudes de mélanger divers types d'alcool, mais le whisky ne cadrait vraiment pas avec son repas. Et puis elle n'avait plus l'habitude de boire autant depuis une dizaines d'années : il fallait ralentir un peu la cadence si elle ne voulait pas finir en train de ronfler sur le comptoir. En proposant un verre d'un signe silencieux, la chirurgienne le laissa continuer sans l'interrompre. Oh déception, a posteriori pourquoi ne l'avait-elle pas fait ?

L'histoire la fit s'étouffer de dégoût plus que d'allégresse. On pourrait la traiter de maniaque ou de d'obsédée des normes sanitaires, mais... C'était absolument répugnant. Une grimace de profond dégoût apparut sur son visage chiffonné comme une feuille en papier. Buvant une grande gorgée de blonde pour faire passer sa toux Erynn retrouva doucement son souffle, penchée en avant.

« What the fuck... Vous avez de la chance que j'aie un estomac bien accroché, je vous aurais infiniment détesté si je n'avais pas pu finir mes frites à cause de cette histoire dégueulasse. »

Elle rit doucement en écartant un peu le col de sa chemise de façon à mieux respirer, révélant quelques centimètres de peau tatouée dans sa nuque. Il faisait chaud dans le bar, surtout en comparaison de la température à l'extérieur. D'un regard par la fenêtre, Erynn espéra qu'il ne se mette pas à neiger, autrement le retour à l’hôtel risquait d'être compliqué. Ce n'était pas très loin, néanmoins marcher dans la poudreuse avec ses chaussures à talon serait une odyssée à éviter. Le verre de bière entre les mains, la jeune femme sentait l'agréable chaleur du repas réchauffer son corps, tandis que l'alcool arrondissait les angles de ses questions existentielles.

« Docteur de renommée mondiale... » Elle souffle par le nez, hilare. « C'est très loin du compte, franchement. C'est juste un partenariat scientifique entre deux hôpitaux et si j'ai été choisie pour représenter celui auquel j'appartiens c'est surtout pour des raisons 'marketing'. Il faut rassurer les investisseurs, passionner les confrères, charmer les nouveaux intéressés. »

Bien sûr si elle n'avait pas les compétences adéquates l'esprit méritocratique coréen ne lui aurait jamais permis d'être là. Néanmoins elle ne se faisait pas d'illusion : le Dr An lui avait volontiers cédé sa place parce que dans ce milieu -et l'occident encore davantage- l'image était le premier rayonnement hors frontières. Mettre en avant un jeune médecin volontaire et brillant c'était personnifier leurs recherches et leur donner un visage mémorable, un élément aussi important que le choix d'un orateur capable et captivant.
Amusée par cette première impression extérieure, Erynn ne s'offusquait pas de cette erreur. Ignas avait travaillé avec de nombreuses starlettes prépubères dernièrement, c'est tout. Repoussant son assiette désormais presque vide, elle lui fit face.

« Non, on ne me reconnaît pas du tout dans la rue. Si on m'y regarde parfois bizarrement, ça doit être à cause de ma couleur de cheveux. Encore que de nos jours la plupart pense sûrement que je me je suis teinte en rousse pour euh... suivre les tendances de mode ? » Ses sourcils se froncent sous son peu de certitude. Ce n'était là qu'une supposition, la sociologie et la psychologie n'étaient vraiment pas son domaine. Son don était de soigner d'autres êtres humains, pas de les comprendre.

« Mon nom est inconnu en dehors du monde de la recherche. Je ne connais pas les désagréments de la célébrité et ça me va très bien, la popularité ne m'intéresse pas. Actuellement je suis une neurologue urgentiste qui mène des recherches et écrit des articles sur son temps libre, c'est tout. » Un sourire sincère accompagne ses paroles un peu sèches. Un haussement d'épaules referme la parenthèse avec légèreté. Elle avait bien d'autres soucis plus métaphysiques sur les bras... mais ce soir elle espérait ne pas y penser. Béni soit le scotch qui lui infusait encore les entrailles, embrumant son cerveau suffisamment pour la rendre joyeuse.

« Séoul, hum. C'est une grande ville comme tant d'autres, finalement ce sont les gens qui y diffèrent le plus. Enfin... c'est une mégalopole plus grande que New York, plus moderne aussi. Les coréens ont un faible certain pour l’électronique et le futuriste alors ce n'est pas vraiment étonnant. En revanche les bâtiments anciens sont aussi très bien conservés... Il y a beaucoup de monuments de la période Joseon, des sanctuaires confucéens, bouddhistes et taoïstes, des parcs naturels, le fleuve Han, des immenses marchés. Si vous visitez un jour, vous ne manquerez pas de choses à voir. »

Son regard était désormais plus direct, elle regardait Ignas en face plus souvent, le mélange d'alcool érodant sa réserve. La conversation ne lui paraissait tout à coup plus un effort, bien que sa maladresse ne soit jamais bien loin.

« Vous avez eu l'occasion de visiter Philadelphie ? Si vous avez des adresses à me conseiller je suis preneuse. Je ne me sens pas de rentrer tôt cette nuit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Ven 26 Jan - 18:14

Son anecdote n'avait pas du tout marché. Il est vrai que mentionner des histoires de crachats n'est pas vraiment de très bon goût, surtout lorsque votre interlocuteur a la gentillesse de partager ses frites avec vous. Erynn avait opté pour une bière blonde, anglaise, pour accompagner sa portion. Quant à Ignas, une fois qu'il avait commencé avec un alcool fort, il détestait revenir à du plus léger. De toutes façon, en Lituanie, on boit de la vodka avec à peu près tout ce qui existe. Même les "zeppelins", cette pomme de terre cuite à la vapeur, fourrée à la viande et à la crème. Le plat de prédilection des touristes avide de saveurs locales. Beaucoup sont déçus de la taille de la pomme de terre. Beaucoup peinent quand même à la finir. La cuisine de Vilnius est du genre à tenir au ventre.

Désolé. S'excusa le garde du corps avec un sourire gêné. Mes clients réguliers sont pour la plupart des petites stars de télé-réalité, qui font des choses sales, stupides, mais qui veulent attirer les flashs. Alors un lituanien tatoué de la tête au pied, ils aiment bien. Me demandez pas pourquoi, je ne me l'explique pas.

Malgré le costume trois pièces, ses mains étaient couvertes d'encre, tout comme sur sa nuque. A partir de là, il était facile d'imaginer que le reste du corps de l'ancien soldat était logé à la même enseigne. L’œil encore attentif du barbu remarqua également que la Coréenne était tatouée aussi. Innocemment, il demanda :

Vous avez des tatouages vous ?

C'était un sujet qu'Ignas aimait aborder. Après avoir quitté l'armée, il était entré dans une véritable frénésie de tatouages. Tout son corps y était passé. Le côté strict des Forces Spéciales l'avait empêché de couvrir sa peau d'encre auparavant, mais on pouvait dire qu'il s'était rattrapé.

De son côté, le docteur Howlett lui expliquait qu'elle n'était pas vraiment "connue". C'était à n'en pas douter un docteur brillant, mais à part en cas de bavures, son corps de métier faisait rarement la une de la presse. Un manque de reconnaissance dont elle ne s'offusquait pas, bien au contraire. Elle pouvait faire son métier et vivre sa vie tranquillement, qui plus est dans une ville ultra-technologique comme Séoul. C'était un aspect qu'Ignas ne connaissait pas vraiment. Le Massachusetts avait beau abriter des universités comme Harvard ou Suffolk, ce n'était pas la ville la plus flashy de la côte Est, loin s'en faut. Quant à Vilnius, au-delà de sa jolie vieille ville, il fallait plutôt s'attendre à des quartiers dignes de l'ex-URSS...

Je ferais sûrement un tour dans les grandes villes d'Asie, un jour. Ce sera l'occasion de découvrir une culture et un mode de vie très différents des États-Unis ou de la Lituanie.

La portion de frites s'amenuisait très vite. Erynn avait un sacré appétit pour sa taille de guêpe ! De plus, la jeune femme était bien plus sympathique que ce que la conférence avait laissé croire à Ignas. Ce dernier n'avait pas souvent eu l'occasion de quitter Boston, mais il avait déjà passé quelque nuits dans la ville de l'amour fraternel. Puisque le docteur Howlett voulait prolonger un peu la soirée, il pouvait toujours être utile.

Si vous cherchez un bar, il y a le Zee Bar, qui n'est pas trop loin d'ici. Si c'est une boîte de nuit qu'il vous faut, le Brasil's, dans la vieille ville, est très sympathique. A condition d'aimer la musique latine. Si vous voulez, je peux toujours faire office de guide. Philadelphie n'est pas mon lieu de résidence, mais j'y suis déjà passé deux ou trois fois.

Ignas but une nouvelle gorgée de vodka, et adressa un sourire à Erynn. Sa compagnie lui était agréable. C'était devenu rare pour lui de passer ses soirées avec autre chose que des adolescents décérébrés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Lun 29 Jan - 14:42

Ignas correspondait à un archétype de bad boy avec ses tatouages et sa dégaine de prof de sport, par conséquent l'intérêt que lui prêtaient ses clients ne lui paraissait pas si étrange. Ils voulaient s'entourer de gens correspondant à leurs idéaux afin de combler leurs attentes de sensations fortes. Ce n'était pas si difficile de deviner à quel point son physique devait émoustiller les adolescentes aux hormones en surchauffe. Les choses tournaient souvent autour des apparences après tout, dans le milieu pro plus qu'ailleurs.
Les gens aimaient leur clichés, et puis il y avait ceux qui prenaient un malin plaisir à en jouer avec moquerie. Erynn la première n'hésitait pas à laisser parler ses goûts en décalage avec la société conservatrice coréenne et la norme des médecins discrets et tirés à quatre épingles. En un sens elle enviait Ignas, qui pouvait être lui-même dans l'exercice de ses fonctions. De son côté c'était à regret qu'elle couvrait ses tatouages et se séparait de ses piercings au quotidien, ce genre d'extravagances étant non seulement mal vue en consultation, mais aussi totalement interdits au bloc.
D'un tic récurrent la rouquine se mordilla la lèvre, où il n'y avait pas l'habituel bijou. Quand la conversation revint aux tatouages, elle se contenta de sourire en coin. Le lituanien ne pouvait pas nier sa passion même s'il l'avait voulu, telles étaient les dimensions et l'omniprésence de ses ink, toile mouvante pleine d'histoires.

« Oui, mon dos est entièrement recouvert de la nuque au coccyx. C'est une illusion d'optique d'inspiration steampunk, un squelette métallique sortant de la peau. C'est difficile à décrire et malheureusement je ne peux pas montrer ça sans me faire arrêter pour attentat à la pudeur. »

Erynn rit tout bas, achevant ce qu'il restait de ses frites. Montrer son dos c'était partir du postulat improbable qu'elle accepte de mettre sa pudeur de côté auprès d'un inconnu, et certes elle avait quelques verres dans le nez maintenant... Mais pas suffisamment pour ça.

« Et vous ça a commencé comment cette frénésie de l'aiguille ? »

Avec tous ces dessins et cette couleur, il devait en avoir des choses à raconter, assez pour continuer de la divertir et distraire d'autres pensées, elle l'espérait. Sirotant sa bière, Erynn était comme une enfant hyperactive cherchant sans cesse une occupation amusante, une nouvelle expérience.

« Écoutez si jamais vous avez besoin de bonnes adresses en Asie, je devrais pouvoir vous conseiller. J'ai pas beaucoup voyagé en dehors de mon travail, mais j'essaie de visiter les villes par lesquelles je passe quand l'occasion se présente. » Dit-elle en oubliant complètement qu'ils n'avaient pas de moyens de se joindre. Philadelphie ne ferait pas exception à une petite exploration, d'autant qu'elle y connaissait du monde. Enfin du monde... c'était un peu extrapolé, bien que ce ne soit pas un mensonge.

« Oh à vrai dire j'ai promis ma première sortie en boite à quelqu'un... alors je vais devoir reporter ça à une autre fois. Par contre si vous vous sentez l'âme aventurière je ne dirai pas non à un peu de compagnie, et aller ailleurs si vous voulez. D'un autre côté vu comme c'est parti, il y a des chances que je devienne pénible... Ça fait un paquet d'années que je n'ai pas bu sérieusement. » Se mettre minable n'était pas une perspective désagréable, mais il lui paraissait normal d'au moins jouer cartes sur table afin de ne pas le surprendre.

« Vous avez une sacrée descente, en comparaison. J'imagine que ça doit pas être inhabituel pour vous de finir le dernier debout pendant les soirées. Enfin au moins vous êtes prévenu si hum... si jamais je fais un truc stupide ou impulsif. » Et ça, ça finirait forcément par arriver au train où elle buvait. Libre à lui de se méprendre et la prendre pour une dépressive désireuse de noyer au fond de son verre le chagrin de sa dernière rupture...

« Paraît que c'est quand on est ronds comme une queue de pelle qu'on s'exprime le plus honnêtement. Je me demande ce que ça peut donner... » Pas sûr que ce soit une idée brillante que de vouloir le découvrir mais... c'était certainement la plus drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Lun 29 Jan - 23:26

Quand il avait remarqué l'encre sur la peau d'Erynn, Ignas était à des années-lumières de se douter que le docteur possédait un tatouage de cette ampleur. Si le steampunk n'était pas son style de prédilection quand il s'agissait de ses propres tatouages, il ne pouvait nier que bien fait, ils avait une classe folle. Et mine de rien, il aurait bien aimé voir un peu mieux à quoi ressemblait celui de son interlocutrice. Mais en effet, si l'encre lui recouvrait l'intégralité du dos, il était bien plus sage de ne pas réclamer ce genre de chose dans un lieu public. Lorsque Erynn lui retourna la question, sourire aux lèvres, l'ancien soldat esquissa à son tour un sourire.

J'ai toujours adoré les tatouages. Je trouve ça extrêmement classe. Mais je suis rentré dans l'armée à 18 ans et sorti à 31, donc j'ai longtemps du prendre mon mal en patience. Les Forces Spéciales ne rigolent pas trop avec ce genre de trucs. C'est bien dommage d'ailleurs. Du coup, je rattrape le temps perdu. J'ai commencé par celui-là... Il lui montre alors son avant-bras droit, sur lequel figure la forme de son pays natal, colorié au couleurs du drapeau national. Et depuis on peut dire que c'est une addiction. C'est ma façon de graver en moi les choses qui me sont chères. Le votre de tatouage, quelle est sa signification ?

Parmi la masse d'ink qu'il possédait, certains étaient purement décoratifs. Tout ne pouvais pas toujours avoir une forte signification émotionnelle. Mais la plupart du temps, un tatouage ne se faisait pas sans raison.

Pour l'heure, la conversation revenait sur le tourisme. Un autre point cher au cœur d'Ignas. Un autre point sur lequel il avait des années à rattraper. Ses années au sein de l'escadron Aitvaras lui avait permis de sillonner l'Europe de l'Est. Mais un fusil à la main, il n'avait pas vraiment eu le temps d'acheter des cartes postales. L'Asie et l'Amérique du Sud étaient ses destinations privilégiés. D'ici quelques temps, lorsqu'il aurait économisé suffisamment, il partirait. Du genre longtemps, plusieurs mois. Il prendrait le temps. Ou bien peut-être qu'il se retrouverait subitement téléporté au fin fond de la forêt Amazonienne, ou au pied du Mont Fuji.

Ce serait avec plaisir ! S'enthousiasma Ignas, avant de se rendre compte d'un point de détail important. Par contre, il vaudrait mieux que nous échangions nos adresses mail pour ça. Ou nos numéros de téléphone, bien que je crains que mon forfait ne couvre pas les appels vers Séoul.

Il s'amusa brièvement de cette remarque. Lorsqu'il propose à Erynn de le suivre en boîte de nuit, celle-ci décline poliment, expliquant qu'elle a déjà promis à quelqu'un dans le passé. Ignas respecte ça, et reprends une gorgée de vodka. Il commence tranquillement à sentir l'alcool monter en lui. De son côté, le docteur Howlett le met en garde quant à son comportement avec quelques grammes, avant de s'avouer impressionner par sa capacité à tenir l'alcool. Sur ce coup, le Lituanien rit plus franchement.

Vous savez, les clichés sont des clichés pour une bonne raison. Nous autres Lituaniens, on sait boire ! Dit-il en riant et en finissant son verre d'une traite. Quant à vous, déjà vous pouvez me tutoyer si ça vous chante. Ensuite, ne vous inquiétez pas, je suis sûr que j'ai déjà vu bien pire que le pire que vous pourrez faire ce soir. Mais ça attise ma curiosité, alors peut-être que je vais continuer à vous payer des verres !

Au moins Erynn avait le mérite d'être honnête. C'était sans doute l'alcool qui voulait ça. Mais ça changeait des anciens collègues soldats d'Ignas, toujours affirmatifs quand à leur capacité à descendre des litres de vodka sans broncher, mais jamais à la hauteur de leurs paroles. Plus d'une fois, le barbu avait du porter l'un ou l'autre jusqu'à son lit. Bien sûr, lui aussi avait déjà fini dans un état lamentable, mais c'était bien plus rare, et jamais il n'avait eu besoin d'aide pour se mettre au lit. Sauf une fois, où il avait fini par s'endormir sur la cuvette des toilettes à force de vomir. Mais il était jeune, à l'époque. Aujourd'hui, grand gaillard d'1m90 pour une bonne centaine de kilos, il tenait la vodka bien mieux que la moyenne.

Dans ce cas, si la boîte de nuit ne vous tente pas, il y a toujours d'autres bars pas loin. Certains sont plus calmes que d'autres, selon vos préférences. Sinon, si vous avez toujours faim, on peut toujours se trouver un restaurant ou continuer cette petite soirée.

Au fond, Ignas se fichait bien d'où ils allaient. La compagnie du docteur Howlett lui était agréable, l'alcool américain était de bonne qualité, et l'ambiance était au beau fixe.

Où alors, le billard derrière vous est libre, si vous êtes tenté par une partie ou deux. A vous de choisir.

Et à ces mots, le garde du corps gratifia le docteur de son plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Mar 30 Jan - 21:38

« Trente et un ans, vous avez arrêté tôt. »

Erynn eut la décence de ne pas poser de questions malgré la curiosité, de peur d'être indiscrète ou pire, toucher à un sujet douloureux. Ignas donnerait des détails s'il en avait envie, voilà tout. Les anciens militaires étaient généralement attachés à leurs années de service, et même une fois partis ils avaient du mal à décrocher. « Soldat un jour, soldat toujours. », comme dirait son père. D'un autre côté Ignas n'avait pas paru nourrir d'inconfort ou de peine à la mention de sa carrière, preuve en était qu'il avait abordé le sujet sans qu'aucune question directe ne soit posée. Peut-être était-ce vraiment juste une réorientation, qui sait ?

« Oh, pas mal. »

Avec un sourire Erynn observe le bras d'Ignas, dont les racines étaient apparemment toujours fortement ancrées en Lituanie. C'était un fait particulièrement intéressant pour quelqu'un qui comme elle n'en avait pas vraiment, ou du moins pas aussi définies. Difficile de se sentir d'une nationalité plus qu'une autre quand on avait vécu la moitié de sa vie sur deux continents différents.
Réfléchissant à comment répondre à cette question, elle s'interrogea. Cela faisait bien dix ans que son dos était gravé d'encre, et pourtant la thématique robotique prenait une drôle de connotation en lumière des événements qui avaient bouleversé sa petite vie sans histoires. Son rictus se fit légèrement sarcastique à la pensée que ce ne soit pas une coïncidence. Distraite pendant quelques secondes, elle médite toujours.
Saisissant finalement son téléphone, la rouquine pianota sur l'écran tactile et en sort une vieille photo de son tatouage, qu'elle montre au garde du corps. Dessus sa peau pâle était encore vivement rougie par les nombreuses heures passées sous l'aiguille vrombissante, mais déjà on pouvait avoir un aperçu terminé du dessin global. Paradoxalement les sillons dans la peau à vif rendaient l'illusion encore plus prenante, comme si son échine de métal était vivante sous les écorchures.  

« Ça date maintenant. Au début je crois que c'est parti d'un autre défi stupide que je me suis lancée avec mes amis. Les coups de tête c'était... mon truc à l'époque. » Elle balaya l'idée de la main, pas forcément fière de toutes les conneries qu'elle avait faites. Ses parents en avaient vu des vertes et des pas mûres, les pauvres. « Alors pourquoi ce motif là, hm ? Mon enfance a été bercée par des comics et j'ai toujours eu un faible pour les personnages en armure. Iron Man, Doom, Dr Freeze et plein d'autres. En fait pendant toute une période je me suis mise en tête de devenir dessinatrice. Plutôt que d'aller en cours je griffonnais furieusement mille et une idées sans jamais vraiment parvenir à en être satisfaite. Ce tatouage est une version améliorée d'un de mes gribouillages, une espèce de... de compromis entre moi et mon perfectionnisme. »

La neurologue haussa les épaules avec légèreté, profitant d'avoir son téléphone encore en mains pour envoyer un texto à un ami puis filer à Ignas son adresse mail, affichée à l'écran. C'était effectivement sûrement le plus facile pour garder contact, plus pratique et moins définitif que le numéro de téléphone. Il valait mieux aviser de ce genre de décisions une fois sobre, de toute façon. Du moins c'est ce que lui dictait le reste de son bon sens, denrée rare en cette soirée de défoulement. Sa langue était un peu pâteuse, mais ça l'empêchait pas de se délier allégrement.

« Oh, ça dépend desquels on parle. Mais allez-y, dites-moi quels clichés je vous évoque, qu'on puisse voir qui a raison ! » Elle rit malicieusement puis accéda finalement au tutoiement, allant à l'encontre de ses habitudes et la trace de son éducation orientale.

« Oh boy, vous... tu sais pas ce à quoi tu t'exposes, et en plus tu sais ce qu'on dit. Curiosity killed the cat. » Elle le regarda en coin, ses yeux en amande n'étant plus que deux petites fentes d'hilarité. C'était à s'en demander qui était le chat, finalement. « Bon bah va pour le billard, alors. J'ai pas trop envie de ressortir dans le froid et puis c'est sympa ici. »

Passant souplement les bras derrière sa nuque, Erynn s'étira longuement puis se leva et glissa son téléphone dans la poche avant de sa blouse rouge. Verre à la main elle avança vers la table de jeu, dans le dos d'Ignas. C’était effectivement disponible maintenant que les étudiants s'étaient installés à une table au fond de l'établissement, margotant comme un grand groupe de cailles. Heureusement malgré les regards curieux qu'ils jetaient personne n'intervint ni n'approcha, ce qui leur laissait le champ libre.

« Alors hm... Je te propose une partie de huit. Pour chaque tir raté ou chaque mauvaise bille rentrée, un verre cul sec. » Avec un sourire elle tournoya sur ses talons et saisit une canne qu'elle soupesa prudemment. Ça faisait des lustres qu'elle n'avait pas fait une partie de billard américain.

« Je suppose qu'on va se mettre à la vodka pour jouer sur le même pied ? » Elle haussa un sourcil provocateur, attendant confirmation pour passer commande. « Tu prends les billes pleines ou les billes rayées ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Jeu 1 Fév - 0:28

Après treize ans, j'avais l'impression d'avoir fait le tour. La routine des Forces Spéciales ne me convenait plus. J'ai toujours de très bons amis là-bas, mais je voulais simplement faire autre chose.

Erynn n'avait jamais rien connu d'autre qu'un père militaire, alors forcément, rencontrer quelqu'un qui a préféré partir, ça pouvait la surprendre. Ignas savait très bien qu'il était un cas à part dans le monde de l'armée. D'ordinaire, lorsqu'on reste aussi longtemps, on passe toute sa vie dans l'armée. Ceux à qui cette vie ne convient pas ne tiennent pas plus de deux ans. Lui, il était parti au bout de treize. Le besoin de se renouveler, mais peut-être aussi que l'envie de s'affirmer par le prisme des tatouages, et le manque de relations avec le sexe opposé avait joué sur sa décision. Oui, c'était un tout. Et désormais, le Lituanien vivait sans regrets.

Lorsque le docteur Howlett lui montra une photo de son tatouage, le barbu ne retint pas une moue approbatrice. Elle avait beau lui avoir décrit son œuvre quelques secondes plus tôt, voir un travail de cette ampleur l'impressionnait quand même. Quant à la raison qui l'avait poussé à faire ce tatouage, elle amusa beaucoup le garde du corps.

Dis-donc, vos défis entre amis, ils sont épicés ! S'esclaffa-il. Chez nous, on saute dans la Néris en hiver. C'est pas bien plus intelligent, mais ça coûte quand même vachement moins cher ! Il marque une pause, observe à nouveau la taille de l'encre, écoute sa signification. Un docteur qui faisait l'école buissonnière ? Celle là je pensais pas l'entendre. En tout cas, votre dos a un sacré charisme.

Quant aux comics, Ignas n'en avait pas lu beaucoup dans sa vie. Avant de rejoindre l'armée, durant ses années lycée, il avait préféré les mangas. Mais depuis qu'il vivait à Boston, il ne s'était pas privé d'aller au cinéma pour voir les aventures des Avengers, des X-Mens et de toute la clique. Le genre était tout de même moins populaire en Europe de l'Est. La faute peut-être aux vieux clichés qui voulaient que les personnages d'origines russes soient forcément méchants.

Vous savez, certaines personnes âgées de Vilnius prendraient Kraven le Chasseur pour un héros national ! Moi je préfère Wolverine.

Il récupéra ensuite l'adresse email du docteur, avant de lui donner la sienne. La conversation dévia alors sur les clichés. Ignas considéra le docteur de haut en bas, avant de s'esclaffer. Si les européens de l'Est devaient faire avec une réputation d'alcooliques, les asiatiques n'étaient pas en reste.

Vous êtes asiatique et docteur. Vous aviez le choix avec avocate et ingénieure, c'est ça ? Et vos rêves de devenir dessinatrice s'est envolée à coup de plumeau ? Il riait de bon cœur.

Finalement, la coréenne accepta une partie de billard. Ses propositions de règles étaient... intéressante. Ignas introduisit quelques pièces dans la machine, libérant les boules qu'il entreprit de disposer dans le triangle. Puis, il se saisit à son tour d'une canne, qu'il posa contre sa nuque, toisant Erynn d'un œil amusé.

Vous êtes ambitieuse docteur, vous êtes sûre de pouvoir tenir le choc ? Demanda Ignas, provocateur. Moi ça me convient. Je vais même vous faire la faveur de casser. Sauf coup de chance, je ne suis pas assez bon pour rentrer une bille pleine sur ce genre de tir.

Le garde du corps attendit tranquillement qu'Erynn commande une série de shots. Puis il positionna la bille blanche face au triangle de bille. Il toisa la coréenne du regard, sourire, aux lèvres, faussement confiant. Il avait déjà joué quelques parties, mais il était loin d'être un professionnel.

Roll the dice:
 

La canne propulsa la bille blanche contre le tas de boules. Celles-ci partirent dans tous les sens, sans qu'aucune ne termine sa course dans l'une des six poches. Pas surpris, Ignas contourna le billard, et descendit un premier verre cul sec, sans broncher. Il reposa ensuite le verre, à l'envers sur le côté, avant de lancer avec le sourire :

A vous docteur... montrez-moi donc votre précision chirurgicale...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Jeu 1 Fév - 14:07

« S'il y a pas de vrais enjeux c'est un peu bête de se lancer sur un pari, non ? » Répondit-elle sur le même ton, la première étonnée de se prendre au jeu. L'alcool réveillait l'Erynn insouciante et audacieuse de ces années lointaines, néanmoins cela faisait un tas de traits à double tranchant. Quoique souriante, elle ironisa en roulant des yeux. « Ah oui, ce bon vieux stéréotype de l'intellectuelle droite dans ses bottes, docteur bien rangé, sage et philanthrope... ça prend la poussière, quand même. Mais... merci du compliment, je suppose. »

Elle finit son verre pour masquer son embarras, refusant d'y voir quoi que ce soit de trop sérieux. D'ailleurs une fois la conversation orientée sur les comics, elle se sentit bien plus à l'aise. Pour une raison étrange elle ne fut pas du tout surprise que le Lituanien préfère Wolverine, après tout il était un anti-héros charismatique torturé par son lourd passé, l'incarnation de l'homme badass testostéroné. Étonnant qu'il ne porte pas aussi des tatouages, et ne soit pas non plus du genre à romancer sans lendemain. Remettant une mèche de cheveux derrière son oreille, elle pouffa à l'aveu.

« Je m'appelle Erynn Howlett et je suis canadienne, alors on va dire que Logan est un peu mon ancêtre spirituel. »

C'était d'ailleurs un surnom assez courant durant ses années de fac, la coïncidence amusant facilement la galerie. Ajoutez une bonne dose de tempérament bougon et peu social, et ça faisait l'occasion parfaite. Son regard pensif se posa alors sur ses mains pendant plusieurs secondes, avant qu'elle n'agite la tête pour revenir au moment présent. Elle n'insista pas plus sur le sujet des clichés, ne trouvant pas cela particulièrement constructif de débattre d'idées reçues aussi erronées que blessantes. Au lieu de ça, elle prit sa veste et sa sacoche sous le bras et passa commande avant de regagner la table de billard. Il faudrait plus qu'une paire de railleries bon enfant pour l'impressionner.

« Peut-être que je n'ai pas envie de tenir le choc, justement ? » Si elle n'avait pas rendu la provocation tout de suite, elle ne se désarmait pas non plus.

Penchant la tête sur le côté, Erynn tenta de refaire le chignon chaotique sur sa tête, sans grand succès. Des mèches rousses s'échappèrent de tous les côtés et elle finit par laisser tomber. Ça ressemblait plus à rien, mais tant pis. Saisissant le dé de craie, la jeune femme mit du bleu tout en regardant Ignas casser avec attention. Elle n'était pas non extrêmement douée, mais elle avait pas mal joué dans son adolescence. Et puis puisqu'il s'agissait de calculer les angles ça devrait bien être dans ses cordes...

« Je ne m'attendais pas à ce que la casse compte, mais c'est trop tard maintenant. On va dire que cela compense un peu mes verres d'avance, même si j'ai encore un sacré handicap. »

Erynn ne se faisait pas d'illusions : si gagner la partie était peut-être dans ses cordes, rester sobre au bout du compte l'était beaucoup moins. Seulement ce n'était pas son but non plus, de toute façon. Avec un léger sourire elle étudia la disposition des billes et repéra les plus faciles à empocher. Ensuite elle posa une main à plat sur le tissu vert, se pencha légèrement pour calculer l'angle du regard, et tira d'un coup en apparence assuré.

Dé:
 

Ce n'était pas évident de trouver une position stable en tailleur et talons hauts, mais ça c'était quand même mieux passé que prévu et une bille pleine était nettement tombée. Lui renvoyant l'ascenseur de rivalité, Erynn vérifia que personne n'était derrière elle pour profiter d'une vue trop suggestive. Elle ne tenait surtout pas à rameuter un des étudiants beurrés comme une tartine. Heureusement il n'y avait là que le mur, mais elle se promit quand même de faire attention.

« Ma précision se porte pas trop mal pour l'instant, je dirais... mais c'est un peu tôt pour fanfaronner. » La jeune femme se redressa et changea d'angle pour continuer sur sa lancée. « Je préfère les actes aux discours grande gueule. Toi en revanche, tu joues les durs et tu parles beaucoup. Va falloir soutenir un peu tout ça par les faits, hm ? »

Passant devant Ignas qu'elle gratifia au passage d'un haussement de sourcil joueur, Erynn fit le tour de la table. Ensuite elle ajusta sa position, en appui sur le poignet gauche. D'un regard concentré elle fit glisser la queue qui fila en un coup sec. Dans un bruit sourd la bille blanche fila sur le tapis et cogna la  bille initialement visée, mais malheureusement cette-dernière ricocha légèrement dans un des coins, sans rentrer.

Dé:
 
 

« Rah, juste un peu trop fort. Bon, à toi. » Lâchant sa queue Erynn la laissa rebondir sur le talon d'un geste fluide, puis recula contre un des murs afin de ne pas gêner. Néanmoins jaugeant qu'ils ne pourraient pas passer toute la partie à se lancer des piques, elle changea de sujet. « Ça t'arrive souvent de discuter avec des inconnues, comme ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Jeu 1 Fév - 16:56

Le terrain des clichés, c'était marrant cinq minutes, mais avec quelques verres dans le nez, c'était un coup à devenir vexant, et ce n'était clairement pas le but. Alors quand leur discussion vira sur le terrain des comics, Ignas se sentir légèrement soulagé. Il ne voyait pas trop en quoi assimiler Erynn à un cliché asiatique était un compliment mais... soit. Autant de ne pas relever, ça n'avait pas d'importance.

Tiens, c'est vrai que je n'avais pas fait le rapprochement ! S'amusa-il lorsque le docteur fit le parallèle entre son nom de famille et celui de Wolverine. Du coup il vous arrive souvent de sortir les griffes d'adamantium ?

Ils prirent possession de la table de billard. Erynn partit commander, en rappelant au Lituanien que son but n'était pas forcément de finir sobre et sage ce soir. Le chignon de la Coréenne n'était plus aussi impeccable que pendant la conférence, mais ça lui donnait un petit style. Lorsque Ignas descendit son verre, elle en fut légèrement étonnée.

C'est vous qui avez de l'avance ? J'aurais juré que vous étiez passée à la bière pendant que je restais à la vodka. Commenta le Lituanien avec amusement.

Peut-être après tout que le taux d'alcoolémie d'Erynn était plus élevé que le sien. Après tout, ils n'avaient pas le même gabarit. Mais malgré tout, la jeune femme était encore bien précise. Le tailleur et les talons hauts ne l'empêchèrent pas d'empocher une première bille. Provocatrice, mais tout de même mesurée, le docteur passa devant lui en lâchant une petite pique qui fit sourire le Lituanien.

Dans ce cas là je vais me taire et apprendre.

Sa canne posée contre le mur, sur sa gauche, Ignas observa, les bras croisé. Après sa première bille réussie, Erynn manqua la seconde de peu. Malgré tout, le garde du corps ne put s'empêcher d'applaudir ironiquement ce raté. Puis ce fut son tour de se pencher sur la table. Auparavant, il s'était débarrassé de sa veste de costume, afin d'être plus à l'aise.

Dé:
 

D'un coup sec, Ignas propulsa la bille blanche contre la numéro 2, qui fila dans un des coins. Ce fut juste, mais la sphère finit par basculer dans le trou. Satisfait, Ignas se redressa pour juger quel serait son prochain coup, tout en repassant distraitement du bleu sur le bout de sa canne. Désormais revenu à égalité, il demeura silencieux, se contentant de toiser Erynn du regard avec un léger sourire en coin. Puis, tout en se déplaçant autour du billard, il répondit à sa question.

Ça m'arrive, à mes heures. Mais après tout, on a passé toute la journée ensemble, non ? C'est pas comme si vous étiez une parfaite inconnue.

Dé:
 

Cette fois-ci, il visait la numéro 1, qui se trouvait proche du coin opposé dans lequel Ignas avait rentré la 2. Cependant, la boule noire, la numéro 8, gênait un peu sa trajectoire. Dans la diagonale opposée, la numéro 6 attendait également d'être poussée dans le trou, mais plus joueur, le barbu tenta tout de même le tir plus difficile. Aidé de la bande, il parvint à toucher la bille visée, sans réussir à l'empocher.

Ça m'apprendra à être gourmand. Commenta-il avec amusement.

Il repris sa place dos au mur, laissant désormais le soin au docteur Howlett de jouer le prochain coup. Il décida d'ailleurs de tourner à la coréenne sa question précédente.

Et vous, vous laissez souvent des inconnus venir discuter avec vous dans les bars ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Jeu 1 Fév - 21:54

« Oh faites-moi confiance, vous voulez pas les voir ces griffes... »

Dodelinant de la tête elle sourit avec sarcasme, ouvrant et refermant ses mains pour mieux les ressentir. Son regard se perdit au fond de son verre vide avant qu'elle ne retrouve son expression habituelle. C'était mieux pour tout le monde qu'il prenne ça pour une plaisanterie sans conséquence ou un défi, plutôt que de creuser plus loin. De toute façon le surnom de WolvErynn était vieux et les vannes avaient fini par s'user avec les années. Non que ça la gène spécialement, après tout ça aurait pu être bien pire.
Dans tous les cas Ignas ne manquait pas d'air, à la fixer avec défiance pour mieux la déconcentrer, du moins à supposer que ce soit le but voulu. En outre il avait au moins le courage de lui tenir tête, de faire preuve d'un peu de personnalité, ce n'était pas si mal pour une première rencontre. Peut-être les choses deviendraient-elles plus intéressantes.

Pendant le tour du Lituanien, Erynn épia son téléphone pour regarder l'heure. Presque neuf heures du soir, ce qui signalait l'arrivée imminente d'étudiants et autres Posant sa canne contre le mur elle envoya un message à un dénommé 'Zucchini', sourire aux lèvres. C'était son seul contact à Philadelphie alors il fallait bien qu'elle s'assure un peu de compagnie quand le travail serait moins prenant. Avec un peu de chance elle aurait même un canapé à squatter plutôt que de devoir rester à l'hôtel. Cela ne prit néanmoins qu'une minute, et bien assez vite elle en revint à la partie en cours. Rebroussant un peu mieux les manches de son chemisier, la jeune femme s'arma à nouveau pour briser leur égalité.

« Dans ce cas j'ai passé la journée avec tout un tas de gens aujourd'hui, mais aucun autre n'a voulu sociabiliser pourtant. »

Ils avaient partagé le même auditoire pendant un certain nombre d'heures c'est vrai, les exposés s'étant enchaînés quasi sans interruptions entre midi et presque huit heures. D'un autre côté Erynn n'était pas la seule intervenante et ils n'avaient pas échangé plus que quelques phrases de politesse, alors dire qu'ils avaient passé la journée ensemble c'était... Mignon, mais très optimiste.
Sentant un rire rauque et légèrement moqueur monter dans sa gorge, la métisse analysa le jeu. La bille qui l'intéressait était juste à côté de celle de son adversaire, ce qui haussait considérablement les chances de se louper. Pour ne rien arranger la bille blanche était très loin du bord ; ce qui la forçait à soit s'asseoir sur le rebord, soit à recourir à un reposoir. Malheureusement il ne semblait y en avoir aucun à disposition... Alors il faudrait faire avec l'effort et le système D.  Erynn se pencha prudemment par-dessus le tapis, les bras en extension pour compenser sa petite stature. Elle inspira un grand coup, puis frappa avec force. Le coup partit en déviant beaucoup sur la droite mais l'effet de rotation ramena la blanche juste assez vite. La bille numéro treize tomba à son tour.

Dé:
 

« La gourmandise a l'air d'être un de tes traits récurrents. Quelque chose me dit que tu es du genre à saisir toutes les chances qui se présentent, indépendamment de la probabilité d'échec. Je me trompe ? »

Elle avait continué de parler tout en continuant de visualiser ses coups dans sa tête. Il fallait dire que malgré la maladresse de son corps dont les réflexes laissaient à désirer, ses pensées étaient toujours claires. Embrouillées et désinhibées, mais paradoxalement claires. Le calcul y était sans souci, c'était dans l'exécution que ça risquait de coincer. Ses ongles courts tapotèrent sur le bord de la table alors qu'elle réfléchissait. La tentation d'effacer ce sourire confiant du visage d'Ignas était de plus en plus forte.

Dé:
 

Prenant position bien plus facilement, Erynn haussa un sourcil évocateur vers le garde du corps. Puis se mordillant la lèvre pour réprimer un sourire espiègle elle tira tout doucement, faisant exprès de placer la bille blanche juste derrière l'une des siennes juste après l'avoir touchée. Rendant la main en le laissant dans une posture difficile, elle ne se priva pas de sourire de satisfaction.

« Non, pas du tout. En fait d'ordinaire je ne mets jamais les pieds dans les bars à moins d'être accompagnée. Disons que ce soir... ce sont des circonstances spéciales. J'ai pas envie de m'ennuyer et encore moins de retourner au vide impersonnel d'une chambre d'hôtel.  »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Jeu 1 Fév - 22:46

La partie de billard suivait son cours, les deux joueurs à égalité avec une bille empoché chacun. Quant à la conversation, elle était également intéressante. Ignas sourit. Il était vrai qu'il n'avait fait que saluer Erynn lorsqu'elle était passé devant lui, ce qui limitait beaucoup leurs interactions durant la conférence, mais en un sens, il n'avait pas totalement tort quand il disait qu'ils avaient passé la journée ensemble.

Personne ? Pas un collègue, rien ? Quel dommage, ils manquent une soirée en très agréable compagnie.

Le seul contact qu'Ignas avait vraiment eu avec le monde des médecins, c'était quand il allait à l'infirmerie de l'armée. Il avait pris une balle une fois. Et puis les Forces Spéciales avaient le droit à des suivis personnalisés. Quant aux spécialistes rassemblés à Philadelphie, ils n'avaient pas eu l'air d'être les gens les plus affables du monde. Peut-être qu'il y avait de grosses rivalités entre les différents docteurs ? Le Lituanien préféra ne pas poser la question.

Pendant ce temps, Erynn reprit l'avantage en empochant une deuxième bille. Sa remarque sur la gourmandise arracha un rire franc à Ignas. Quittant sa position adossé au mur, il vint s'accouder sur le billard, plantant son regard sans celui du docteur. Un sourire en coin, joueur, perçait sur son visage.

La vie serait bien monotone si on faisait toujours le choix facile. Mais c'est vrai que je suis très gourmand. Comme ils disent, je jouent ma pièce à chaque fois.

Toujours face à la coréenne, il observa cette dernière le mettre dans une situation bien compliquée. Observant le jeu, il souffla du nez. Comment allait-il se sortir de cette situation bien désavantageuse ?

Malin ça. Maugréa-t-il, bon joueur.

La bille blanche était quasiment au contact d'une bille rayée, et d'autres boules adverses barraient la route qui menait vers l'un de ses objectifs. Il n'avait qu'une trajectoire légitimement envisageable, mais il allait devoir jouer très serré. Courbé sur la table, il ajusta son tir avec le plus de calme possible.

Dé:
 

Malheureusement, la blanche vint heurter la bille numéro neuf sur le chemin, déviant ainsi de sa trajectoire initiale pour manquer la numéro quatre, initialement visée. Le garde du corps se redressa, et attrapa son second shot de la partie, qu'il vida d'une traite.

Ça tombe bien, je commençais à avoir soif...

Puis, écoutant les paroles de la jeune femme, qui se préparait à jouer son coup, il répondit :

Oh... et bien quelle que soit ces circonstances, je vais essayer d'être à la hauteur et de vous distraire de mon mieux. Puis, avisant la table sur laquelle les billes demeuraient statiques, attendant d'être percutée. Même si je dois avouer être plutôt mal parti...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Ven 2 Fév - 0:09

« Nan, personne... pas au travail en tout cas. D'une part parce que je suis difficile en règle générale, et d'autre part parce que je n'aime pas mélanger travail et plaisir. »

Les hôpitaux avaient une politique assez stricte en ce qui concernait les relations entre membres du personnel, mais ce n'était même pas la raison qui l'en détournait. En fait Erynn n'avait jamais été tentée parce qu'elle ne partageait pas grand chose avec ses collègues outre la passion pour son métier. Au sein de l'hôpital elle n'était qu'un fantôme presque muet, un médecin d'une dévotion presque robotique. Le train de vie des urgences ne laissait pas beaucoup de temps pour les nouvelles rencontres et en plus d'ordinaire elle n'avait pas franchement la foi de faire des efforts. Néanmoins rien n'était jamais figé et certains événements récents avaient créé le besoin de rompre la solitude.

« Choisir ses combats ce n'est pas faire le choix facile, au contraire. À force de miser sur tous les numéros on finit forcément par gagner... mais il y a-t-il alors le moindre mérite, la moindre victoire ? »  Ne disait-on pas qu'à vaincre sans péril on triomphe sans gloire ? Soutenant le regard d'Ignas, Erynn ne se départit pas malgré l'intensité. Sur le même ton, elle lui avait répondu avec détermination malgré son sourire. « Je préfère encore garder quelques cartes dans ma manche et les abattre dans cette seule et unique manche qui vaut le coup. »

Rendant la main, la jeune femme l'observa galérer à trouver une approche face au cadeau empoisonné qu'elle lui avait fait. Mais malgré ces taquineries elle savourait l'instant ainsi que cette drôle de conversation. C'était abstrait et pourtant cela en disait aussi long sur lui que ne l'aurait fait la plus longue des confessions. Amusant, d'autant plus qu'elle ne pensait pas être encore capable de discuter de ce genre de choses après avoir bu le ventre presque vide. Comme quoi.
Observant d'un rictus le shot qu'Ignas renversa sans le moindre état d'âme, Erynn l'envia un peu. Elle détestait perdre et ferait tout pour que cela n'arrive pas, mais un verre lui faisait bien envie. Le dévisageant de sous ses paupières à demi-fermées, elle avait l'air d'un gros chat mouvant au ralenti. Pourtant son pas était encore leste pour le moment. Reprenant le relais de la partie, elle se plaça juste à côté d'Ignas et fléchit les genoux comme à son habitude. Ses cheveux semblèrent prendre feu sous la lampe qui éclairait la table.

« Alors tu as pour ambition de me distraire... Hm. Tu penses avoir ce qu'il faut pour garder mon attention ? » Sa voix n'était qu'un murmure évocateur.

Erynn ne commit pas de faute mais ne parvint malheureusement pas à empocher de bille non plus. Appuyée sur sa canne elle tapa du pied au son de 'Killing me Softly' qui résonnait en fond, les prunelles claires cherchant celles d'Ignas.

Dé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Ven 2 Fév - 1:49

Mélanger travail et plaisir, Ignas n'avait jamais eu l'occasion de le faire. En revanche, une clause de son contrat stipulait clairement qu'il lui était interdit de coucher avec ses clientes. Chose que de toute manière il ne ferait jamais, la plupart d'entre elles étant mineures. Quand au monde des médecins, et bien... le Lituanien supposait qu'ils étaient de toute manière trop occupés par leurs activités pour songer à faire plus que sympathiser.

Je me suis mal exprimé, on dirait. Constata le garde du corps en écoutant les paroles d'Erynn. Je ne mise que sur moi, quand personne ne me voit vainqueur. C'est assez curieux, mais je ne prends part qu'aux combats qui semblent perdus d'avance. La récompense n'en est que plus belle.

Le Lituanien, toujours accoudé au bar, soutenait le regard de la coréenne, sans se départir d'un léger sourire. Si elle voulait garder une botte secrète, il comptait bien la forcer à faire all-in pour gagner cette partie. Le tatoué détestait la défaite.

Si lui avait raté un coup difficile, le docteur Howlett n'en tira pas avantage. La bille blanche ne parvint pas à propulser la rayée dans l'une des poches. Pourtant, la jeune femme persistait à lui lancer une petite pique. Plongeant son regard dans le sien, Ignas la prit au mot. C'était à son tour de jouer. Un coup d'oeil au tapis lui suffit à identifier le coup qu'il allait tenter. La grande diagonale s'était ouverte à lui, la bille blanche faisait face à la numéro 6. A reculons, sans lâcher les deux prunelles d'Erynn des yeux, le tatoué contourna la table et se mit en position. Un instant seulement, il détourna le regard pour centrer sa canne sur la bille blanche. Mais lorsque le bleu percuta la boule, les yeux du Lituanien étaient de nouveau plongé dans ceux de la Coréenne.

Dé:
 

Le bruit distinct de la bille empoché se fit entendre. Le sourire d'Ignas s'élargit. Son coup de poker était réussi.

J'espère avoir toute votre attention maintenant... Souffla-il à l'oreille d'Erynn, alors qu'il passait à côté d'elle pour jouer son prochain coup.

Enhardit par cette belle réussite, le Lituanien se montra à nouveau trop gourmand. La numéro 4 se trouvait proche d'une des poche, mais la ligne droite était bouchée. Néanmoins, la première bille sur son chemin était la numéro 7. Alors le garde du corps tenta de frapper fort, en espérant que la réaction en chaîne verrait la 4 tomber dans son escarcelle. Ce ne fut pas le cas. Néanmoins, n'ayant pas commis de faute, les shots de vodka restaient intacts.

Dé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Ven 2 Fév - 13:10

Que des combats perdus d'avance, hm ? C'était plutôt extrême et ça collait assez bien à ce profil romanesque, quoique cela n'éveille chez Erynn que de la vigilance supplémentaire. Les motivations comme la pitié – la compassion ou la miséricorde, selon la dénomination choisie- échouaient à lui susciter autre chose que du négatif. Sans doute était-elle trop habituée à ne compter que sur elle-même, ou bien trop méfiante après des mauvaises expériences. Le fait est que si être une exception était une possibilité plaisante, celle d'être vue comme un cas désespéré l'était beaucoup moins. Mais là encore, peut-être que son cerveau était plus embrouillé qu'elle ne voulait bien l'admettre ; et que tout cela n'était que le fruit du labyrinthe de son esprit sinueux.
Erynn ne savait trop quoi en penser aussi elle ne s'attarda pas sur ce sujet, peu sûre qu'ils parlent encore tous les deux de la même chose. Pour l'instant elle pouvait continuer de tranquillement jouer en dissimulant sa main, ne se sentant pas obligée de miser plus que de raison. Il en faudrait davantage qu'un faciès attrayant et quelques belles paroles pour percer sa coquille.

« Je suis bien curieuse de connaître la nature des... victoires que tu recherches. »

Toujours souriante, Erynn s'amusait de voir la persistance avec laquelle le garde du corps s'accrochait à l'espoir de l'emporter. Quand il réussit son coup avec une impulsion nette dans une démonstration de confiance elle se contenta d'observer sans ciller, impatiente de lui rendre la pareille. Les mains croisées autour de sa canne la jeune femme fut surprise du murmure si près de son oreille, mais ne bougea pas pour autant. C'était la première fois depuis le début de la soirée que la barrière de son espace avait été franchie ; et si en d'autres circonstances cela aurait été sans doute bizarre voire malvenu, ce n'était finalement ce soir-là qu'un jeu.
Un jeu qu'elle ne comptait pas perdre. Soufflant par le nez elle ne put s'empêcher de moquer un peu la cupidité de l'ancien soldat, qui se mettait constamment dans de drôles de situations dans le seul but de faire un coup d'éclat. Il lui paraissait un peu triste de se gonfler de fierté un instant pour retomber comme un soufflé juste après, mais sans doute avaient-ils des philosophies différentes là-dessus. Dodelinant de la tête au rythme de la musique, Erynn observa la table. Ses billes se faisaient plus rares et proportionnellement le risque de fautes grimpait également. Néanmoins le jaune de la numéro neuf lui sauta à l’œil loin de l'autre côté, isolée.

« Quoi, mon entière attention pour un seul joli coup, Ignas ? Je pensais que tu me tenais en plus haute estime. » Elle rit doucement, grimaçant avec auto-dérision. Néanmoins son regard était toujours sérieux alors qu'elle s'appliquait sur son tir. Son style était moins tape-à-l'oeil et tout aussi efficace. « Je ne sais pas sur quelles collines tu as l'habitude de te balader, mais je tiens plus de l'Everest que de la gentille petite dune. »

Dé:
 

La boule blanche fila comme une fusée, si fort que l'impact fit tomber un peu de craie bleue. Cette dernière s'arrêta presque immédiatement au centre du tapis, tandis que la bille numéro neuf fut empochée sur le coup, dans un grand bruit d'impact contre le bois. Erynn se donna pour satisfaite en rendant coup pour coup, soutenant chacun de ses défis de résultats. Elle ne saurait dire si la chance était avec elle ou si son esprit scientifique aidait avec le calcul des trajectoires, mais il ne lui viendrait pas à l'esprit de s'en plaindre. Insouciante, elle chantonna tout bas.

« Strumming my pain with his fingers, singing my life with his words... » Le son old school lui mettait du baume à l'âme, la consolant un peu de la mauvaise position de la blanche. Tout doucement l'alcool commençait à redescendre, et ses yeux vaguaient avec envie vers les verres de shots. Décidé à descendre un shot quel que soit le résultat, la scientifique soupira devant l'exercice acrobatique qui se dressait devant elle.

Prudemment perchée entre les billes de façon à ne rien bouger, Erynn dut composer avec l'inconfort de sa jupe qui remontait à mi-cuisse à cause son étirement. En équilibre sur une jambe, elle était bien consciente de ce qui se passait, ce qui la poussa à tirer un peu trop vite. Le coup partit sur la bonne direction et toucha sa cible, mais un peu trop d'effet ruina le tout. La boule blanche roula dangereusement près du trou, sans tomber. C'était pas passé loin de la faute.

Dé:
 

« Bon bah c'est bien beau tout ça, mais j'ai soif. »

Haussant les épaules elle se redressa avec résolution, secrètement tentée de sortir fumer. Son regard se dirigea vers la porte, mais la pluie battante la dissuada aussitôt. Quel temps de merde. Soupirant à nouveau, la rouquine marcha vers le comptoir et porta le petit verre de vodka à ses lèvres. Renversant la tête en arrière elle sentit le feu se propager dans sa gorge et ferma les yeux avec force. Le mélange d'alcools rendait la saveur d'autant plus amère, ce qui la fit grommeler dans sa langue natale.

« 씨발... »

C'était pas franchement fleuri aussi elle se sentit pas le besoin de traduire. Voyant de petites lumières blanches danser sous ses paupières, elle fut prise d'un sourire idiot. Tant qu'elle n'avait pas à réfléchir, tout irait bien. Appuyée sur le comptoir, elle prit place sur un des hauts tabourets en attendant son tour.

« Ouep, j'attendrai bientôt le point du non-retour... Même si ça doit pas te déplaire. En fait je suis surprise qu'avec ton intérêt à porter secours à autrui tu n'aies pas fait des études de médecine. À moins peut-être que tes délicates attentions ne soient réservées à la gent féminine? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 145
Points de Complot : 372
Fiche : Swag d'Erasmus
Date d'inscription : 29/12/2017
Lieu : Boston, Massachusetts, USA
Occupation : Garde du corps

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Ven 2 Fév - 16:50

Chacun accoudé d'un côté de la table de billard, les yeux dans les yeux, leur échange dura encore quelques phrases, avant qu'Erynn ne se redresse. Sa dernière phrase, légèrement énigmatique, plongea Ignas dans une légère confusion. A force de parler tout deux sans vraiment dire clairement les choses, le Lituanien s'était un peu perdu dans le fil de sa réflexion. L'alcool n'aidait pas non plus. Mais comme le docteur gardait le sourire, il décida d'en faire de même.

Son coup de poker n'avait pas vraiment fait réagir la Coréenne. Et l'incapacité du garde du corps à capitaliser sur ce joli coup lui valu une légère moquerie. "Trop gourmand" se répéta-t-il mentalement, sourire aux lèvres. Erynn se montrait faussement déçue par un potentiel manque de considération du Lituanien. Leur partie était accrochée, égalité à deux billes empochées. Le barbu observa la technique chirurgicale de la jeune femme, tout en s'amusant des ses paroles. Ça pouvait sonner arrogant, dit comme ça, mais c'était surtout bon enfant. Avec force, la Coréenne empocha sa troisième bille.

L'Everest, rien que ça ? S'amusa-il.

Est-ce qu'elle voulait dire que ceux qui avaient su la conquérir se comptaient sur les doigts de la main ? Ou bien la vodka lui faisait-elle interpréter les choses de travers ? Quoi qu'il en fut, Erynn du se résoudre à passer la main. Dans une mauvaise posture, obligée de quasiment s'allonger sur le billard, avec le risque de voir sa jupe remonter trop haut le long de ses jambes, le docteur ne put ajuster son tir tel qu'elle l'aurait souhaité.

Ignas avisa la table. La numéro sept se trouvait près d'une poche du milieu. La quatre, qu'il avait manqué au coup précédent, était également proche de s'empocher. Restait également la six, qu'il avait délaissé après une première tentative infructueuse. En meilleure position pour la première citée, Ignas ne mit pas longtemps à l'empocher, d'un coup sec et précis, sans fioritures.

Dé:
 

Égalité à nouveau, trois boules partout. Pendant ce temps, Erynn avait décidé de s'offrir un shot, bien qu'elle n'y était pas obligée. De son propre aveu, l'alcool commençait vraiment à faire son effet. Et Ignas ne pouvait le nier, il était bien curieux de savoir comment se comporterait la jeune femme une fois ce fameux "point de non-retour" franchit.

Comme quoi, nous attisons tout deux la curiosité de l'autre...

L'air de rien, Ignas empocha la numéro quatre. Penché sur le côté gauche de la table, la bille blanche rasa la bande latérale, s'appuyant juste ce qu'il fallait pour dévier de sa trajectoire initiale, et heurter la bille pleine pour l'envoyer dans la poche. C'était son premier avantage de la partie. La première fois aussi que l'un des deux joueurs empochait deux billes consécutives. Pourtant, le Lituanien restait sobre, un simple sourire satisfait s'affichant sur son visage suite à sa réussite. Tout en se positionnant pour tenter la passe de trois, il répondit à la deuxième partie de la question d'Erynn.

Dé:
 

Les études, j'avais le niveau, mais pas la patience. Ça a jamais été mon truc de rester assis sur une chaise toute la journée. Enfin... maintenant je reste debout toute la journée, après tout.

Au moins, rester assis était moins fatiguant pour les jambes. Mais en contrepartie, c'était mentalement éreintant. Apprendre par cœur les organes, les os, les techniques, très peu pour lui. Si ses résultats scolaires avaient toujours été plus que correct, sa passion pour les études n'avait jamais décollée.

En parlant de ça, la bille blanche ne s'était pas très bien décollée de la bande. Le prochain coup serait bien plus dur à jouer. Mais la numéro quatre était à portée de canne. Le garde du corps joua un coup tout en douceur, prenant également garde à ne pas abimer le billard. Le résultat se joua à peu, mais le Lituanien empocha sa troisième bille de suite.

Dé:
 

Cette fois, Ignas ne put retenir un petit rire. L'alcool devait commencer à redescendre, il jouait de mieux en mieux. Son côté compétiteur se révélait légèrement. Il n'avait pas tenté un coup de folie, de tir en trois bandes ou d'angles farfelus. Ne restait plus que la cinq et la trois, et la victoire serait à lui. Après ce coup joué avec finesse, l'ancien soldat se tourna vers Erynn.

Et vous ? Votre finisse de corps et d'esprit n'est-elle dédiée qu'à vos patients ?

Sourcil levé, le barbu jaugea sa prochaine trajectoire. Pour le coup, le chemin était bien bloqué. Tant pis, sa série s'arrêterait là. Il frappa fort, espérant aérer un peu le jeu, et comptant sur le hasard et la chance pour replacer ses billes dans une position plus accessible. Malheureusement, sa chance avait tourné. D'abord la blanche percuta l'une des billes rayées. Pire, celle-ci termina sa course dans l'une des poches. Deux erreurs pour le prix d'une.

Dé:
 

Haussant les épaules, conscient qu'il gardait tout de même une bille d'avance, Ignas regagna le bar. S'approchant du docteur, il se saisit d'un premier shot, et le descendit facilement.

Un pour avoir touché l'une de vos billes en premier...

Puis l'ancien soldat avala une seconde dose. Cette fois, l'alcool commençait à faire son effet, et il eut un rapide rictus, avant de retrouver toute sa contenance.

Et un autre pour l'avoir rentré à votre place.

Les yeux d'Ignas se plongèrent dans ceux d'Erynn. Une lueur de défi y brillait. Son côté compétiteur ressortait finalement plus que prévu. Provocateur jusqu'au bout, le tatoué proposa d'élever encore les enjeux.

Vous qui aimez les paris... que diriez-vous de rajouter un petit gage pour le perdant ?

Il parlait bien vite. D'autant qu'il n'avait pas vraiment d'idée à suggérer. Mais l'alcool faisait parfois faire des choses bêtes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 309
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   Dim 11 Fév - 4:56

« L'Everest est pas forcément le plus beau, mais il n'en reste pas moins long et difficile à gravir. » Erynn haussa les épaules en souriant, sans se prendre très au sérieux. En ce bas monde et dernièrement plus que jamais, bien des choses restaient un mystère... cependant elle était encore relativement sûre de ce qu'elle voulait et de ce qu'elle ne voulait pas.

Par ailleurs la partie était accrochée, les deux participants faisant preuve d'une précision respectable après avoir descendu  un certain nombre de verres. Pour sa part la séoulite se contentait d'observer calmement la situation, de savourer la confiance d'Ignas et la lueur de compétitivité dans son regard pendant qu'il enchaînait ses coups. Ne pouvant s'empêcher de pouffer à la mention des journées passées derrière un bureau, Erynn s'amusait des préjugés. Il fallait dire que la routine d'un médecin urgentiste n'avait rien de la vie posée que la plupart semblait accorder à la profession.

« Je passe au moins autant d'heures debout que toi, si ça peut te rassurer. La plupart du temps mes entraînements sont une promenade de santé à côté des heures sup' en service. »

Erynn n'était clairement pas du genre à passer des heures dans une salle de muscu, mais son port athlétique et agile laissait deviner la pratique assidue de sport. Ses avant-bras en portaient encore quelques bleus et autres éraflures sans gravité, blessures inévitables en pleine action, surtout depuis qu'elle avait doublé en régularité pour oublier.
Appuyée sur son tabouret en suivant le tempo de la musique du talon, la jeune femme semblait profiter du moment sans se soucier du reste. Pour le moment elle ne voulait pas se lester des conséquences de ses actes, tant et aussi longtemps que cela n'avait pas un effet négatif direct sur autrui. Malgré cette insouciance éphémère, elle ne manqua pas de remarquer les regards ambigus que lui lançait le lituanien entre chaque shot.

« Pour le moment ce sont les seuls à avoir mérité ma... 'dévotion'. Et je pensais qu'on se tutoyait ? »

Indifférente à la réaction suscitée par ses dires, la rouquine s'arma tranquillement de sa canne et descendit prudemment de son perchoir. Un brouillard dense s'était posé sur son esprit trouble, bien qu'elle s'obstine à ne pas lâcher prise. Dans ce concours de boisson comme dans cette partie il était peu probable qu'elle l'emporte... et en réalité elle s'en moquait éperdument. Qui ne tente rien n'a rien. Passant à côté de lui elle s'arrêta à une paume de distance, levant la tête pour combler la différence de taille. Son regard émeraude pétillait d'une gagne presque rageuse.

« J'accepte à condition de savoir dans quoi je m'engage, d'abord. » L'alcool avait beau la rendre téméraire, elle n'était pas encore prête à se lancer sans quelques précautions. Ignas était après tout un complet inconnu et en théorie rien ne pouvait prouver le bien fondé de ses intentions, surtout après avoir bu. Certains l’appelleraient parano... Erynn se décrirait comme prudente.

Attendant quelques secondes qu'il crache le morceau elle haussa un sourcil pour lui mettre un peu la pression, puis se dégagea vers la table. Prenant appui sur les coudes elle observa les quelques billes restantes d'un œil critique. Ce n'était plus trop l'heure des coups trop compliqués, aussi il faudrait aller droit au but si elle voulait rester dans la partie. Pliant les genoux en gardant bien sa cible en ligne de mire, elle tira d'un coup sec. La bille numéro quatorze roula juste assez fort pour tomber.

Dé:
 

Sans perdre de temps elle embraya sur une nouvelle tentative, inclinée avec les sourcils froncés. Concentrée sur son coup, elle s'apprêtait à tirer lorsqu'un bruit de verre qui se brise retentit depuis la table des étudiants. Surprise elle se loupa complètement et jura lorsque la blanche percuta la boule numéro huit, sans heureusement la faire rentrer.

Dé:
 

Dodelinant de la tête avec une pointe d'agacement, elle zieuta un des jeunes hommes ramasser les débris de son verre vide. Puis comprenant qu'il n'y avait pas marge à s'inquiéter, revint vers Ignas qu'elle pressa pour une réponse avant de boire son shot.

« Alors ce gage, t'as trouvé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Memento Mori |PV Ignas|   

Revenir en haut Aller en bas
 

Memento Mori |PV Ignas|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Partenariat : Memento Mori
» Memento Mori [GP]
» Memento Mori [Libre]
» Memento mori [Mitsuharu Yuka]
» Je suis tout ouï. Memento mori, Carpe diem. (Terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La théorie du complot :: 
 :: Amériques :: États-Unis
-