Forum roleplay (étrange/science-fiction)
 

Partagez | 
 

 [RP] - WAGON I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage


avatar

Messages : 154
Points de Complot : 798
Fiche :
Date d'inscription : 15/11/2016
Lieu : Auckand, NZ.
Occupation : Gardienne de nuit, Garde Nature, haltérophile

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Mer 27 Déc - 14:36

Les choses s’emballent rapidement, peut-être aurait-il été préférable de gamberger un peu plus finalement.

Je m’avance vers Nathan, en quête de réponses, et j’aperçois auprès de lui Yoko, qu’il essaie de réconforter du mieux qu’il peut. Je me calme un peu en voyant cette scène, la téléportation inopinée de Nathan passe au second plan, comme nombres d’autres choses ; je recueille alors Yoko au creux de mes bras lorsque Ike me dépasse alors même que mon ami commence à expliquer ce qu’il s’est passé. Il colle un coup sur le côté de la tempe de Nathan. Je reste paralysée d’incompréhension devant l’absurdité de son geste et devant la stupidité de ses mots. Il était à l’ouest tout ce temps déjà ? Mon sang ne fait qu'un tour et je rougis de colère.

La voix du « train » résonne de nouveau, au même moment, et fait comprendre l’arrivée imminente de « gardiens ». Nous voilà dans l’Atlantide de Disney ou quoi ? On nous a téléportés dans l’Empire perdu ? Écoutant à peine loin Hua, dont la réaction ne pouvait qu’être prompte, je profite, encore emportée par la colère, de l’étonnement de Ike pour coller ardemment un marron directement dans le ventre de l’américain, qui se plie en deux. Une fois au sol, je le fouille hâtivement sans sans ménagement jusqu’à trouver l’arme à feu, que je mets précautionneusement à ma ceinture, faute d’avoir une idée à qui la donner ; Yoko avec une arme ? Jamais de la vie. Nathan ? Il ferait une syncope après s’être questionné sur les bonnes raisons de tirer.

Je regarde Ike au sol un instant et lui dit, sans être désolée du tout, alors que de la mesure essaie avec difficulté à surmonter ma colère :

« Ecoute Ike, oui il n’y a pas grand chose de compréhensible dans tout ce qui se passe ici, et même nous on n’y comprend pas grand chose pour être honnête, et je ne te demanderai pas de tout saisir, mais sache que si tu veux être seul face à des choses que tu ne comprends pas, ça ne dépend que de toi, juste n’ajoute pas de problèmes à ceux qu’on a déjà. Si tu retouches à l'un d'entre nous, je te démonte. »

Je lance un regard à Nathan que je sens toujours derrière moi, juste pour m’assurer qu’il va bien. Ce n’est vraiment pas le moment pour que Ike s’y mette. Je souris à Yoko en lui caressant la joue, consciente qu’elle vient d’atterrir dans un fatras que l’on peine à démêler depuis bien trop longtemps. Je pose une question à Nathan, la gorge serrée, sachant pertinemment que tout ne doit pas reposer sur ses épaules mais comme c’est lui qui en sait le plus :

« Tu sais ce que c’est, ces "gardiens" ? » Puis pour mettre tout le monde sur la même longueur d’onde, notamment en direction de Hua, Erynn, et implicitement Ike, j’énonce la suite de ce que sous-entend Hua : « Il va falloir se préparer à recevoir, si c’est bel et bien nous, les "intrus" »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 444
Points de Complot : 760
Fiche : Boop ♡
Date d'inscription : 13/11/2016
Lieu : Spreenhagen, Allemagne
Occupation : NEET

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Mer 27 Déc - 16:48

Il me faut un long moment avant de parvenir à comprendre l’étendue de ce qui se déroule sous mes yeux. C’est si rapide, et si improbable, que pendant les quelques secondes précieuses qui auraient pu me permettre de réagir à ce désastre, je reste bête spectatrice d’une catastrophe plus grande que moi. Comme ces gens qui regardent les maisons brûler, trop hébétés par la violence sous leur nez pour trouver quoi faire d’autre que d’en être le témoin passif.

Je crie. Un peu tard, et un peu trop aigu. Mes mains se serrent autour de mon pauvre bâton d’éboueuse sans même songer à le lever pour l’abattre sur le crâne du clochard énervé. Plus tard, en repensant à ce moment, je me trouverais bête, et je me mettrai en colère après moi.
Pour le moment, je me contente de me presser dans les bras d’Atéa, avant qu’on ne me les reprenne, et j’attends que les choses se passent.

Et puis l’affaire se complique. Un sombre narrateur mécanique fait entendre ses grondements impitoyables, rajoute un décompte inquiétant dont personne n’avait vraiment besoin, et mes genoux redeviennent tous flasques. Nathan disparaît de la scène, bientôt envahie de nouveaux personnages dont je ne connais pas les noms. Ça parle vite et fort et je regrette qu’il n’y ait pas de sous-titres. Il y a des armes qui se montrent et s’échangent. Je n’aime pas trop cette partie de la pièce. En plus Atéa doit me lâcher pour aller réciter ses lignes, et moi je ne comprends soudain plus trop la place que j’ai au milieu de tout ça.

Affolé par ses dernières paroles, je m’approche de la jeune guide, pour lui attraper timidement le bras. J’ai encore les yeux humides, et les genoux tremblant, mais il y a une protestation qui tempête au fond de ma poitrine et il n’est pas question que je l’ignore…

« On… On va pas se battre, hein ? » Au fond de ma gorge toute tendue par la trouille, ma voix est un vrai petit grelot, mais elle tient bon. « Je veux dire, si… si quelque chose arrive… il faut qu’on trouve comment se sauver, tout ça c’est… bien trop gros et trop effrayant pour moi ou… même pour toi ! »

Atéa était une fière héroïne, mais en l’occurrence, tout ça avait l’air un peu prématuré. Comme si la petite compagnie de héros décidaient de prendre un raccourci pour aller combattre le dragon alors qu’ils n’en sont qu’au premier chapitre. C’était un coup à se faire tous dévorer…

« Nathan dis lui...» J'ai beau mouliner des neurones, rien de bien plus éloquent de me vient. Les mots n'étaient pas mes meilleurs amis, surtout les mots anglais, surtout ici, surtout maintenant. Celui qui saurait quoi faire était juste là, et si...

Mais Nathan n'a pas l'air plus en état de raisonner que moi. Même, je réalise lentement, il doit être encore plus sonné que nous tous. Physiquement sonné. Comme une cloche, sur qui monsieur le casseur flotteur avait cogné de toutes ses forces... Mon cœur s'écarte péniblement de ses préoccupations paranormales, tandis qu'il se rend peu à peu compte de l'état du gentil pianiste.

« Nathan...? »

Mes mains lâchent leur bâton pour venir accrocher les épaules du jeune avocat, à moitié pour tenter de le soutenir, à moitié parce qu'elles ont peur d'aggraver la situation si elles font autre chose.
Au fond de ma poitrine, il y a une toute petite partie de moi qui, en secret, est soulagée d'avoir autre chose à penser que ces histoires de trains des enfers, d'intrusions et de contrôleurs Terminator...

« Nathan tu vas mal...? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 332
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Jeu 28 Déc - 14:37

Une chose est sûre : si Erynn n'avait pas eu Tizzie dans ses bras au craquage d'Ike, elle lui aurait fermé sa gueule par la force... Seulement d'autres la devancent. Son cœur s'emballe aux disputes, cris, aux armes pointées. Ralentie, la rouquine repose gentiment Tizzie et rassemble son piètre québécois.

« Je suis... amie et docteur. Reste toujours avec amis. Nathan, Atéa, moi. » Ajustant la parka, Erynn est soulagée qu'elle n'ait rien vu. C'est suffisamment traumatisant comme ça.

Hua dégaine et va vers le conflit, Erynn se retient d'agir impulsivement. Il vaut mieux qu'une autre s'en occupe, car de son côté elle fait un trait définitif sur Ike. Ce dernier a volontairement gâché son unique chance de coopération, alors maintenant il n'a qu'à se démerder.

Erynn prend Tizzie par la main et s'approche du groupe après avoir entendu la seconde annonce et le désarmement du redneck. Deux cycles... l'étau se resserre, et ils sont incapables d'au moins se mettre d'accord. Restant derrière les femmes armées pour veiller à leur sécurité, l'asiatique refile le baby-sitting à Hua et se précipite pour réceptionner Nathan qui chancelle.
Voyant qu'il se tient les doigts, elle les saisit doucement et les examine. Rien ne semble à priori cassé, mais difficile d'en être certaine. Elle effleure son visage meurtri et réajuste tendrement ses lunettes.

« Ce connard est un poids mort et on n'a plus qu'une dizaine de minutes... » Elle se tourne vers Yoko. « Il y a d'autres personnes à côté ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 72
Points de Complot : 677
Date d'inscription : 25/11/2017
Lieu : France.
Occupation : Ecolière.

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Jeu 28 Déc - 19:02

Les choses vont trop vite pour moi. Je passe des bras de l'une à l'autre, mais personne ne se demande vraiment ce que je ressens. Et puis il y a des cris, trop de cris.  Des cris de détresse de Yoko je crois quez c'est elle et des cris de colère. Je ne sais pas s'il y a des gentils et des méchants mais tout m'agresse. en particulier cette voix synthétique qui annonce encore quelque chose qui doit se rapprocher de la fin du monde. Qielque chose comme une peur comme je n'ai jamais ressentie s'empare de moi. Je n'en peux plus de rester les yeux dans les manteaux des unes et des autres. Les filles ont l'air gentil à part la dame qui parle trop froidement, mais je veux savoir ce qui me menace. Le docteur rousse (je sais pas comment on dit même si on l'a appris à l'école) fait de son mieux mais je ne parviens pas à croire que tout ira bien. Atéa je sais qui c'est et Nathan aussi c'est déjà ça.

Je veux juste partir avant d'être ratrappée par ce qui approche. Je veux rentrer chez moi! Brusquement, je tire sur la main qui me tient je ne sais plus de qui il s'agit et je me précipite de toute la vitesse que peuvent m'accorder mes jambes vers la grande porte du fond du wagon. Je dois passer entre les fosses avec tous ces corps mais j'ai trop peur pour crier. Il faut contourner l'espère de parc à mouton, mais je ne veux pas rester là. La chose va arriver et je dois me sauver. Cette porte doit bien s'ouvrir!!

Humm:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 51
Points de Complot : 572
Fiche : La fiche !
Date d'inscription : 10/12/2017
Lieu : Dans le Maine (USA)

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Jeu 28 Déc - 23:25

C'est un peu moche comme j'ai toussé après le coup de poing dans le ventre. J'ai même un peu craché du sang. Ça m'a fait vraiment putain de mal sa mère la pute. C'est pour ça que j'ai pas gueulé des insultes sur les chinoises dans tous les sens. Je manquais de souffle pour ça. C'est la seule raison. L'autre pute a ressorti son pointeur laser. Peut être que c'est une mythomane qui se balade avec l'arme de paintball de son fils. J'm'en bats les couilles. Les lésions des coups de couteaux me font douiller. Le chirurgiens aurait pas voulu que j'embête une gamine sous stéroïdes. Voilà où on en est maintenant, à baver des bulles rouges.

Je me sens acculé, en danger, et c'est toujours dans ces cas là qu'on prend les meilleures décisions. La voix off a parlé de gardien, y a une des chinoises qui a dit qu'il arriverait dans dix minutes (et les gens ici sont aussi ignorants que moi ? Mon cul). On m'a piqué mon arme pendant que je toussais, et me désarmer dans un train plein de kidnapping ça me calme pas vraiment. Du coup je me sers de ma tête de la meilleure façon que je connaisse. Je mets un coup de boule à Atéa. Pourquoi Atéa ? Bah elle était pas loin. Ça me semblait une bonne chose à faire sur le moment.

Le facteur chiant c'est qu'elle est plus petite que moi. J'ai pas l'habitude de faire un coup de boule à des nains. Du coup au lieu de bien viser je m'explose le front vraiment très fort et je vois de la lumière blanche partout derrière mes paupières. C'était un très chouette coup de boule. Mais quoi ? C'est elle qui a commencé ! T'aurais pas mal au cul de cracher du sang toi ? Hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 154
Points de Complot : 798
Fiche :
Date d'inscription : 15/11/2016
Lieu : Auckand, NZ.
Occupation : Gardienne de nuit, Garde Nature, haltérophile

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Ven 29 Déc - 0:05

Ike se relève, j'escompte bien qu'il ait compris la leçon. Mais la connerie, ça perdure, ce sont les plus cons qui crient toujours le plus fort quand ils sont à cours d'argument. Je n'aurais jamais prédit un tel revers; Ike m'assomme momentanément d'un coup sur la tête, au niveau de l'arcade sourcilière; je chancelle durant quelques secondes, ce laps de temps me semble une éternité comateuse. J'ai mal au crâne, mon arcade semble avoir triplé en volume; mon arcade s'est ouverte et un filet de sang m'occulte l'oeil. Je me tends de rage, agrippe Ike par le col et le pousse dans le couloir en direction de l'enclos; prenant dans l'élan, et ayant abandonné toutes raisons derrière moi, le poing fermé, je viens l'écraser dans la gueule de l'américain.
Je fulmine, je déteste avoir recours à la violence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Ven 29 Déc - 0:17

Atea prend les choses en main et s'en prend physique a Ike avant de lui prendre son arme, ce qui correspond exactement a ce qu'attend la Chinoise. Les choses semblent enfin se dérouler correctement, et Diao Chan espère que le groupe va pouvoir enfin obtenir une dynamique, ou au moins un semblant, étant donné que cela n'était clairement pas le cas pour le moment. Elle garde son arme pointé vers la silhouette du policier, son regard totalement braquer sur lui. L'amie a la carrure impressionnante de Nathan semble être la personne ayant le plus la tête sur les épaules, ou au moins la mieux préparer du groupe : elle fait des remarques pertinente et intelligente et se soucie de la sécurité du groupe, ce qui signifie qu'elle pourrait être une alliée fiable, a condition que la militaire ne la froisse pas.

La brune doit faire face a plusieurs problèmes : Erynn tente de lui confier l'enfant, peut-être pour lui mettre des bâtons dans les roues, mais la petite fille semble en avoir assez d'être trimbalée entre les différents adultes, ou alors son petit moral est incapable d'en supporter plus et elle fuie… Mais dans la mauvaise direction ! Cependant, Diao n'a pas le temps d'essayer de la retenir ou encore de prévenir quelqu'un : Ike s'est en partie repris et plutôt que d'accepter que sa situation est totalement désespéré, il charge tête baisser en tentant de mettre un coup de boule a Atéa, qui se défend avec un certain talent. A cet instant, la Chinoise comprend que c'est a elle de jouer : l'angle de tir reste bon, mais le train pourrait être victime d'une secousse et de plus, elle craint la réaction de Nathan face a un tir contre un autre être humain, même aussi stupide et borné que lui.

Diao choisit alors une solution intermédiaire, mais qui devrait toutefois régler le problème. Tout en s'avançant, elle retire le chargeur de son arme puis empoigne celle-ci par le canon, afin de l'utiliser comme une arme contondante. Les efforts d'Atéa paye et Ike se retrouve maintenant a tourner le dos a la militaire qui s'est rapprocher avec une vivacité impressionnante pour quelqu'un qui a certes accélérer son pas, mais sans courir pour autant. Entamant un mouvement de rotation ample afin d'avoir plus de force, elle abat la crosse de son arme sur la nuque d'Ike d'un coup des plus violent dans le but de pouvoir l'assommer. La formation d'agent de la Chinoise prend le-dessus et l'ancien policier s'effondre, mais la militaire s'agenouille afin d'accompagner son corps pour qu'il ne retombe pas trop lourdement au sol. Fouillant dans l'une des poches de sa veste, elle trouve une paire de menotte et passant les mains d'Ike dans son dos, elle l'attache rapidement, s'assurant qu'il ne poserait plus de problème. Tournant son regard vers Atéa, elle lui adresse la parole avec de la reconnaissance.


« Vous avez pris la bonne décision. Vous savez vous en servir ? Au besoin, je peux vous donner quelques conseils. »

Diao pointa l'arme a la ceinture de la jeune femme de sa main droite, puis remet le chargeur dans son pistolet avant de le ranger de nouveau dans son holster. Elle laissa toutefois s'échapper un soupir tout en se relevant et en reculant de quelques pas, soulagée d'avoir enfin mis fin a cette crise.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 805
Points de Complot : 508
Fiche : Stay Focused & Extra Sparkly ★
Date d'inscription : 13/11/2016
Lieu : Philadelphie, Pennsylvanie.
Occupation : Avocat en droit pénal. Conférencier, écrivain, activiste. Musicien à ses heures perdues.

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Ven 29 Déc - 3:52

Ça siffle toujours, dans le crâne douloureux de Nathan. Son oreille interne est déchirée de vertiges, et il titube un moment, derrière Atéa, alors que la situation semble se stabiliser autour de lui. Il ne répond à sa question que d’un grognement agacé en se tenant le front d’une main encore tremblante d’avoir été malmenée. Vraiment, c’était trop demander de lui laisser deux minutes pour se remettre du choc… ? Et puis, il ne savait même pas de quoi elle parlait, aussi ! Mille excuses, il n’avait pas très bien suivi, occupé qu’il était à se prendre des quiches… !
Yoko s’y met aussi, à peu près au moment où ses jambes décident de céder et de le laisser tomber par terre, pour ne plus avoir à se soucier de garder leur équilibre. Mais la jeune femme le rattrape, avec une sorte de perplexité bizarre dans le regard, et ce sont bientôt les mains d’Erynn, plus sûres, qui se resserrent autour de lui. Il se laisse soutenir avec soulagement par la jeune femme et sa vision retrouve un semblant de netteté, alors qu’elle redresse ses lunettes sur son nez. Il se pince les tempes avec irritation. Il y a urgence. Il faut faire un effort. La question qu’adresse son amie à Yoko est la première à laquelle il trouve le courage de répondre d’un murmure :

« Oui, d’après ce qu’elle m’a dit… Je voulais aller les chercher. » Il cligne vigoureusement des yeux et s’appuie sur l’épaule d’Erynn pour tenter de se remettre droit sur ses cannes. « Tu… tu m’accompagnes ? Au cas où… Oh, merde… ! »

La bousculade furieuse qui s’ensuit happe brutalement Atéa, juste sous ses yeux, et son cri résonne faiblement au milieu de leurs esclandres. Le seul réflexe qu’il trouve encore, c’est d’attraper Yoko par le tissu de son pull, et de la tirer en arrière avec lui et Erynn. Il étouffe une autre exclamation, en apercevant la gerbe de sang qui zèbre le visage de l’athlète et son cœur est ébranlé d’un tel sursaut qu’il en a quasiment la nausée. La bagarre est de courte durée, cependant, puisque Hua surgit soudain… et matraque le fou-furieux d’un violent coup de crosse dans les cervicales. Nathan ouvre des yeux ronds de choc, les doigts empêtrés dans les mailles du pull de Yoko. Seigneur, elle venait de fracasser son arme contre sa nuque… ?!
Le silence retombe, ainsi que le corps d’Ike contre le sol froid du wagon. Au bout de quelques secondes de saisissement, il reprend sa main pour lui et, ravalant une bête envie de pleurer, il balaie leur triste assemblée d’un regard égaré.

« Eh bien… Je… je suppose qu’il aura fallu au moins ça… ? annonce-t-il, oppressé de timidité. Il est… ? Enfin, j’espère quand même que… »

Son teint est grisâtre. Il quitte à regret le soutien d’Erynn et s’avance d’un pas encore mal-assuré vers le corps inerte du policier. En passant, il s’agrippe un instant à l’épaule d’Atéa et offre un regard attristé à son arcade. Il lui donne le même mouchoir en tissu qui avait servi à épancher les larmes de Yoko, pour se nettoyer le visage, puis il va s’agenouiller avec beaucoup de prudence près de l’homme menotté. C’est stupide, mais instinctivement, il ne se sent pas non plus à l’abri d’une nouvelle torgnole. Il avale sa salive avec appréhension et vérifie le pouls d’Ike en refermant sa main autour de son cou flasque. Les palpitations de son artère sous ses doigts, quoique chaotiques, le remplissent d’un soulagement immédiat et il mène aussitôt ses gestes dans la nuque de l’homme pour palper délicatement ses cervicales. Il aurait sans doute fallu qu’Erynn s’y colle, à la réflexion, mais elle ne semble pas vraiment disposée à lever le petit doigt pour cet hystérique.

« Bon… Peut-être qu’il s’en tirera sans trop de casse, haha… » Le rire est nerveux, dans la voix de Nathan, alors qu’il lève un regard tendu vers la petite troupe. Il détache son écharpe de son cou et s’affaire à la nouer autour de celui d’Ike, pour lui bloquer la nuque aussi efficacement que possible. C’est un peu piteux, comme précaution, mais il valait encore mieux la prendre, de son point de vue… « Faites attention en le déplaçant… et s’il respire mal… ne le laissez pas s’étouffer sous son poids, changez-le de position, d’accord... ? »

Un soupir tremblant lui échappe et il lance un regard incertain vers Erynn, comme le jeune interne qu’il avait été un jour et qui aurait cherché l’approbation d’un praticien professionnel. Puis, il destine un autre coup d’œil à Atéa. Malgré son arcade blessée, elle est sans doute la seule personne dans ce wagon qui accepterait de prendre soin de ce type.
Enfin, il se relève et époussette rapidement son pantalon. Sa tête lui fait mal, ses doigts aussi, et tout tangue encore un peu autour de lui, mais il rassemble tout ce qu’il peut de résolution pour affronter la mine sévère de Hua, et les figures troublées de Yoko et d’Atéa.

« Avec Erynn, on va voir si des gens ont besoin d’aide dans l’autre wagon. Sauf… murmure-t-il, en se tournant soucieusement vers la rouquine, sauf si tu veux t’occuper d’Ike, bien sûr. » C’est elle le médecin, après tout. Il n’avait été qu’aspirant, et ça remontait à quelques années maintenant. En tout cas, il tente de remettre ses jambes d’aplomb et commence déjà à se diriger vers la passerelle entre les deux wagons. Il ne se retourne que pour rassurer les autres d’un regard inquiet et d’une dernière parole : « Vous, mettez-vous bien à l’abri, on vous rejoint vite. »

_________________
When you got skin in the game, you stay in the game.
But you don’t get a win unless you play in the game.
Oh, you get love for it. You get hate for it.
You get nothing if you wait for it, wait for it, wait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 176
Points de Complot : 332
Fiche : Ici
Date d'inscription : 25/02/2017
Lieu : Seoul, SK
Occupation : Médecin neurologue

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Ven 29 Déc - 15:27

Depuis le réveil une règle persévère toujours : même au paroxysme du merdier, certains trouvent rien de mieux à foutre qu'empirer les choses. Et putain ça commence à sérieusement gonfler Erynn, qui n'a même pas fini d'observer son ami.
Surprise par l'escalade en violence ne réagit pas assez vite. Contrairement à Yoko et Nathan, lorsqu'Ike est assommé elle se sent envahie d'un soulagement coupable. Si Diao avait voulu le tuer elle aurait facilement pu, aussi il lui paraît évident que le redneck est juste évanoui. On pouvait reprocher beaucoup de choses à la chinoise, mais pas le manque d'efficacité... Ainsi elle remonte un peu dans son estime, en dépit de ces mesures certes regrettables.

Rassurée par le diagnostic de Nathan, Erynn privilégie Atéa. D'ordinaire les arcades sont une blessure superficielle malgré les saignements abondants, néanmoins elle préfère être sûre. Dépouillant un des corps exposés là de son deuxième chemisier, Erynn fait une compresse de fortune avec une manche. Un mouchoir s'imbiberait trop vite.

« Atéa, prends ça. Appuie fort pour arrêter l'hémorragie. Si tu as des vertiges, laisse Diao prendre le relais. On revient vite, d'accord ? » Elle lui donne la compresse avec un sourire tendu. Ils n'avaient pas beaucoup de temps. « On n'est pas loin alors si quelqu'un va mal, venez nous chercher. » Son regard soucieux balaie l'assemblée de tous les présents en s'attardant sur les blessés, puis Yoko, qui semble terrifiée... et enfin sur Nathan, qu'elle prend par la main. « On y va. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 72
Points de Complot : 677
Date d'inscription : 25/11/2017
Lieu : France.
Occupation : Ecolière.

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Ven 29 Déc - 16:00

Bien vite je parvien à contourner l'espèce d'enclos ou de pièce je ne sais pas trop et je parviens à fond du wagon. Courir me fait du bien. C en'est pas que ça me réchauffe tant que ça mais je retrouve la sensation pouvoir décider de mes mouvements.

La porte est immense. My God, comme dit mon frère qu'est-ce qui peut bien passer par là? Je cherche des yeux de quoi l'ouvrir, mais en vain. Je cours d'un bout à l'autre mais je finis par me dire qu'on ne peut pas ouvrir de l'intérieur. Une petite lumière rouge s'allume dans mon esprit encore en panique. Quelque chose me dit qu'il ne vaudrait mieux pas être là si on ne peut pas décider d'en sortir. Mais où aller? L'autre wagon n'est pas mieux quoi que mieux chauffé. J'ai peut ête fait une bêtise en me sauvant. Je me retourne et m'appuie contre la porte pour essayer de deviner ce qui se passe du côté des adultes.

C'est étrange, tout semble redevenu calme. Les voix me parviennent, plus calmes, même si une sorte d'urgence semble les animer. Ma course m'a un peu essoufflée mais pas tant que ça et j'ai l'impression de respirer plus librement maintenant que je suis loin de ses corps suspendus et de ses grands qui ne pensent qu'à s'entretuer. Enfin, se tuer je ne sais pas mais qui ne se veulent pas de bien, c'est sûr.

Je me laisse doucement glisser dans le coin droit de la porte, le genoux ramenés contre ma poitrine. J'ai froid mais ça ne change pas trop de tout à l'heure. J'écoute le train et les mouvements des autres. Je sais que dans pas longtemps il va se passer quelque chose mais je ne sais pas quoi. Peut être le train va s'arrêter et la porte va s'ouvrir. Est-ce que je pourrai rentrer chez moi? Une intuition me dit que non. J'zaipas demandé à être ici et on m'a pas demandé mon avis et vues les réactions des autres, on est sûrement mal. Le train lui semble repirer. Je sais que c'est pas possible et ça doit être son mouvement qui me fait croire ça, mais il me semble que c'est pas pareil que tout à l'heure

"Ils" ont autre chose à faire que de s'occuper de moi, c'est à peu près mon seul avantage. Peut être que les extra-terrestres ne feront pas attention à moi? Je me dis que si la porte s'ouvre et que si je suis assez tassée dans le coin là, j'ai peut être une chance de me sauver si les grands continuent à se chamailler comme ils le font. Je pourraispeut être aller chercher des secours... Je me demande bien quels secours je pourrais bien trouver pour lutter contre des extra-terrestres qui pilotent un train géant. Je sais assez bien faire la différence entre les héros des films et ce qu'on peut attendre des humains pour de vrai. Mon espoir est dérisoire mais donne un peu de courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 444
Points de Complot : 760
Fiche : Boop ♡
Date d'inscription : 13/11/2016
Lieu : Spreenhagen, Allemagne
Occupation : NEET

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Ven 29 Déc - 17:34

La violence, quand on la regarde à la télévision, bien à l’abri dans son canapé, on ne se rend pas bien compte à quel point ça peut être repoussant. On n’entend pas tous les petits craquements bizarres, et les croassements insoupçonnés du corps humains quand on y cogne suffisamment fort aux endroits stratégiques. On ne sent pas l’odeur du sang, et on voit pas les petits postillons de baves, ou les grimaces des visages que les impacts rendent tout flasques l’espace d’une seconde.

La violence, quoique s’accordent à dire toutes les petites frappes amatrices de sensation fortes du monde, c’est moche et ridicule. Y’a pas de musiques cool en fond et de cuts bien placées pour donner du rythme à la scène. C’est un peu flou, et un peu dégoutant, et tout le monde autour se sent franchement mal à l’aise.
Je recule, aveugle, entraînée par l’impulsion que Nathan m’imprime. Mon attention est loin devant, fixée quelque part près du sourcil d’Atéa, là où le sang dégringole en éclaboussant le relief crispé de son visage. J’ai un peu de mal à la reconnaître, comme ça. La douleur lui met un masque qui me la rend étrangère.

Il y a de nouveau de l’eau sur mes joues, je n’y fais plus très attention. J’essuie ça du dos un peu sale d’une de mes mains, tandis que l’autre serre contre ma poitrine ce foutu bâton qui ne sert décidément à rien. Comme moi, en ce moment. Mais quelle utilité je pourrais bien avoir au milieu de tout ça…

« Il y a une sortie, de votre côté… ? Ou un abri ? » Je relève mes yeux vers Atéa, ou du moins la partie de son visage que je peux apercevoir, derrière la compresse qui lui mange le visage, pour en éponger le sang. C’est dur de regarder trop longtemps là où sa peau et ses vêtements en sont encore tout maculés, ça fait briller des petites étoiles dans mon champs de vision. Il faut que je m’accroche à quelque chose… « Chez… Chez nous il n’y avait… qu’une porte verrouillée, comme… comme une réserve… je sais pas… »

Mes jambes sont toujours aussi mollassonnes. Pour éviter de m’effondrer par terre, je me rattrape à ce que je peux. Un peu l’épaule de la jeune femme avec le flingue, un peu Atéa, et un peu… au bras d’une vieille dame inconsciente, accrochée avec les autres, dans les rangs qui bordent l’allée centrale. En d’autres circonstances, j’aurais peut-être été horrifiée, mais là je crois que j’ai du dépasser mon quota de choses horrifiantes.
Ma seule préoccupation maintenant, c’est de tenir sur mes pieds assez longtemps pour pas être un poids mort. Si au passage je peux être un minimum utile pour faire ce que Nathan nous a dit et aider à nous abriter toutes les trois -non, tous les quatre, il ne faut pas oublier le pauvre Harry Lime, là, par terre- ça sera fantastique.

« C’est qui, le type par terre… ? Pourquoi il criait ? » Le visage un peu pâlot, je me tourne vers Atéa, en concentrant mon regard sur son oreille qui n’est pas ensanglantée, pour me faciliter la tâche. « On peut pas le laisser là. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fait office de MJ

avatar

Messages : 297
Points de Complot : 1567
Fiche : ici

Date d'inscription : 08/11/2016
Lieu : Afrique du Sud - Le Cap
Occupation : Barman

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Ven 29 Déc - 17:42

Grésillement. Silence. Voix.

"A r r i v é e - d a n s - u n - c y c l e. - G a r d i e n s - o p é r a t i o n n e l s. - P a r é s - a u - d é c h a r g e m e n t."

L'annonce meurt dans un nouveau parasite sonore de l'intercom. Un cliquetis macabre résonne à l'arrière du Train si puissant que ses vibrations parcourent tous les wagons et parviennent jusqu'à vous. Comme des coups de marteaux pointus sur les parois du Train...

_________________
Merci, Atéa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/


avatar

Messages : 154
Points de Complot : 798
Fiche :
Date d'inscription : 15/11/2016
Lieu : Auckand, NZ.
Occupation : Gardienne de nuit, Garde Nature, haltérophile

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Ven 29 Déc - 21:13

Une fois Ike appréhendé par Hua, la pression aurait dû redescendre, mais non, je me sens encore électrisée, comme si le seul et dernier coup que j’ai assené à l’américain n’avait pas catalysé toute ma colère, comme s’il y avait un goût de trop peu, et ça me répugne d’avoir encore envie de cogner sur quelque chose, noyée dans une ardente colère.

La demande de Hua m’étonne un peu, décidément les armes c’est son truc. Loin de vouloir la froisser je lui aurais d’ordinaire répondu, mais je me contente de tendre un peu la main vers elle en l’agitant pour lui faire comprendre que ça ira, que je sais sans aucun doute manipuler une arme et qu’au meilleur des cas on n’en aura pas besoin, bien évidemment. Je regarde piteusement Ike au sol ; à froid pas du tout défoulé de lui avoir infligé ça ; j’espère qu’il n’a pas perdu de dents. J’écoute en même temps Nathan, qui essaie tant bien que mal de dissimuler son désarroi en parlant ; c’est sa manière d’extérioriser, et surtout de dédramatiser une situation trop dramatique.

Je saisis le tissu d’Erynn, gentiment, je ne m’y attendais pas vraiment, ne m’étant même pas rendue comte des conséquences sur mon arcade sourcilière. Je le pose sur le mouchoir de Nathan et je me sers du tout comme une compresse, je grimace de douleur. Ah, en effet. Je la remercie d’un sourire bienveillant ; en essayant d’essuyer le sang. Lorsque Nathan me suggère de veiller sur le Prince au train dormant, je soupire longuement ; en réalisant qu’effectivement, il fallait s’y résigner et que je ne lui avais jamais vraiment voulu de mal à ce pauv’type. Au moins, ne plus le voir gesticuler, ou ne serait-ce que parler, ça fait du bien.
Encore électrisée par l’action qui vient de se dérouler, je prends enfin le temps de me tourner vers Yoko et l’écoute, puis le répond en essayant de rester calme :

« Hm, oui, y’a une grande porte mais fermée, et un enclos au bout ; ça ne mène à rien, en tout cas pas au conducteur. » Lorsqu’elle m’interroge sur Gugusse, et la vois paniquée d’incompréhension, je m’approche d’elle et la prends dans mes bras affectueusement, je lui réponds calmement en anglais pour qu'elle comprenne, je n'ai pas la patience de chercher mes mots dans une autre langue à l'instant.

« C’est pas ceux qui gueulent le plus fort qui ont le plus raison. Il a fini par terre car il ne comprenait rien, il a débarqué ici sans avoir aucune notion de notre « magie » et il n’a pas aimé voir Nathan se téléporter comme clou du spectacle... t’inquiète, on va garder un œil sur lui ; j’espère juste que lorsqu’il se réveillera il fera un effort pour montrer un bon fond... » Voyant qu’elle reste choquée par les coups qui se sont échangés, je l’embrasse sur le front avant de lui sourire et de coller ma joue contre la sienne pour sécher ses larmes « Désolé de t’avoir mis ça sous les yeux »

Je trésaille soudainement au retentissement nouveau de la voix du train. Je sens mes muscles s’affaisser, déjà exaspérée à se demander ce qui va nous tomber sur le râble. Une lourde vibration qui se propage depuis la queue du train nous parvient. Elle me fait frisonner l’échine. Ca a l’air de venir du fond à l’évidence. Aussitôt, je parle plus fort pour que tout le monde m’entende (même s’il ne reste plus que Hua et Yoko, pour le coup), et quittant Yoko un instant et fourrant le mouchoir d’Erynn dans une poche de mon jean, je choppe comme je peux le corps inerte de l’américain ; ça peut pas être plus difficile à porter que mes poids, oh putain il est lourd, et je le fous sur mon épaule. Un peu affolée :

« Allez, vers l’avant »

Par ma main qui revient libre, je prends celle de Yoko et la pousse à me suivre vers l’avant du train, pour rejoindre Hua. Je pense à Nathan et Erynn, partis vers l’arrière ; pas dans la bonne direction vraisemblablement, en espérant qu’ils reviendront rapidement.
Lançant un regard interrogateur à Hua en passant, je lui demande :

« Où est passée la gamine ? »

A sa tête, je comprends bien que Tizzie a bien pu faire ce qu’elle voulait. Je lance un regard parmi les mannequins, au cas où, convaincue qu’elle ne se serait sans doute pas cachée à cet endroit. Une fois dans l’enclos je dépose Ike par terre contre un mur et en ressors, contournant la pièce pour arriver dans la salle de chargement où j’appelle Tizzie de son nom et la cherche des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Ven 29 Déc - 22:18

« Elle a paniquée et pris la direction que nous apprêtons a prendre. Je n'ai pas eue le loisir de la rattraper malheureusement, le comportement de cet homme exigeait une réponse immédiate, mais nous avons toujours une chance de la rattraper. »

Diao avait auparavant hocher la tête pour montrer qu'elle avait bien compris le fait qu'elle n'avait pas besoin d'explication sur l'arme et n'avait pas insister. Atéa semblait de loin la mieux préparer du groupe pour cette épreuve : physiquement affûtée, capable de se servir d'une arme et avec les têtes sur les épaules, sachant gérer les priorités. Mais surtout, s'il fallait qu'elle défende sa vie, elle le ferait. Car concernant Yoko et Nathan, l'espionne de l'Empire du Milieu gardait toujours un doute : elle avait l'impression que l'afro-américain perdrait son temps en vaine palabre même face a quelqu'un avec la ferme intention de l'éliminer. Yoko quant a elle n'était clairement pas préparer a vivre cela et son inquiétude pour Ike était réellement étrange. Seule Erynn semblait s'être satisfaite de la neutralisation de l'ancien officier de police, ce qui n'était pas pour plaire a la militaire.

Celle-ci ne remis cependant pas en cause la décision d'Atéa. D'ailleurs, elle venait de glaner une information intéressante qui mériterait sans doute d'être développer plus tard : si cette porte fermée était coincée par une simple serrure standard, alors une munition de 9mm bien placée en viendrait sans doute a bout sans difficulté. Dans le cas contraire en revanche, Diao ne pourrait pas faire grand-chose sans le matériel approprié, mais l'espionne aviserait de ce détail en temps utile. Elle pris le parti, cette fois, de fermer la marche, par pur sens pratique : si le groupe venait a être surpris par une attaque par l'arrière, Diao pourrait ainsi plus facilement le défendre tandis qu'Atéa pouvait toujours abandonner le fardeau que représentait Ike pour se défendre en cas d'attaque par devant. Dans un train, espace étroit, les attaques de flancs étaient moins probable et en occupant la position d'arrière, Diao pouvait toujours intervenir en cas de besoin. De toute manière, Atéa ayant pris Yoko par la main, elle n'avait pas vraiment d'autre choix, hormis tenter de la dépasser, mais cela ne serait pas constructif.

Le petit groupe échoua finalement devant un enclos qu'Atéa semblait vouloir utiliser comme cachette. Ce n'était pas forcément idiot, mais cela présentait tout de même quelques inconvénients majeurs aux yeux de la militaire. Comprenant que ce n'était pas vraiment le moment d'ergoter sur les détails, elle préféra se mettre au service du plan plutôt que le contester : la première chose a faire était de s'assurer qu'à son réveil, Ike ne risquait pas de hurler et donc d'alerter ceux qui allaient bientôt investir le train a en croire la voix synthétique qui venait une nouvelle fois de se faire entendre juste avant une secousse. Diao ne pris pas de risque et s'agenouillant devant le corps d'Ike, elle tira un mouchoir d'une autre de ses poches afin de le nouer autour de sa bouche, veillant toutefois a laisser les narines a l'air libre afin qu'il puisse tout de même respirer. Mais dès qu'elle eue terminée, elle quitta l'enclos autant pour se justifier que pour annoncer la suite du programme pour elle.


« Je ne fait pas cela par cruauté, mais pragmatisme : s'il se réveille pendant que les gardiens sont présent, il risque de crier et attirer l'attention de ses derniers sur nous. Nous dissimuler a l'intérieur semble une bonne idée, mais il faut quelqu'un pour s'assurer que Nathan et Erynn puisse rentrer sain et sauf. Dans le cas où ils seraient poursuivit par une présence hostile, je pourrais les couvrir depuis l'extérieur. »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 72
Points de Complot : 677
Date d'inscription : 25/11/2017
Lieu : France.
Occupation : Ecolière.

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Sam 30 Déc - 8:32

Je triture le bas de mon haut machinalement comme lorsque je suis dans la lune, comme dit la maîtrersse ou que je vais m'endormir. D'habitude c'est le bas de ma manche mais là ma manche est trop courte. J'espère juste que ça va pas recommencer comme hier où j'ai complètement ruiné mon pull, alors que j'ai rien fait de spécial. Dès fois il se passe des choses incompréhensibles. Je repense à Nova. Ca faisait longtemps que je n'avais pas pensé à elle. On a trouvé un truc que personne pourrait croire et qui resté entre nous. Je me demande si elle me croirait si je lui racontais ce que je suis en train de vivre.

Je ne sais plus trop combien de temps s'est passé depuis que je suis partie et queje suis restée assise. Les derniers soubressauts du train m'ont arraché un petit cri mais j'ai réussi à le maîtriser. Quelque chose me dit que c'est de petites choses comme ça que va dépendre la suite. Plus j'y pense et plus j'ai peur.

Ca fait longtemps maintenant que je ne pense plus qu'il doit s'agir d'un rêve et je comprends assez bien que des méchants nous veulent du mal. Je dis nous et ça me rassure un peu ça veut dire que tous les gens qui sont là sont dans le même cas que moi? Même la dame froide? Même le monsieur du compartiment? A plusieurs on va peut être réussir à se sauver. Je ne sais pas trop quelle pourra être mon utilité mais ces dernières pensées me rassurent un peu je me sens plus forte. D'ailleurs je vais pas être pire que tous ceux qui se dispute dans ce groupe de personnes qu'on dirait qu'ils se comprennent pas. C'est pas étonnant s'ils ne comprennent pas plust de langues que moi. Atéa elle sait un peu de le Français... le docteur un tout petit peu aussi et à part ça...

Soudain j'entends mon nom. C'est le voix d'Atéa qui m'appelle et de devine sa silhouette qui émerge de derrière l'enclos. C'est elle qui s'est le plus occupée de moi depuis le début et j'ai confiance en elle.

J'essaie de mettre en application ce que j'ai réussi à élaborer pendant ma mise à l'écart volontaire. Si je crie cela risque d'alerter les "gardiens" alors je lui fais signe de la main en me relevant prudemment. Apparemment on est seul dans cet espace vide. Comme une petite souris comme dit la maîtresse, je cours jusqu'à elle. J'ai envie de me jeter dans ses bras, mais j'ai envie de montrer que je peux faire des trucs alors je me contente de lui tendre la main. Je voudrais la remercier d'être venue me chercher, mais je me contente de lui sourire.
Je chuchote, les yeux roulant dans mon visage pour surveiller le wagon:

"Les autres se chicanent plus?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 444
Points de Complot : 760
Fiche : Boop ♡
Date d'inscription : 13/11/2016
Lieu : Spreenhagen, Allemagne
Occupation : NEET

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Sam 30 Déc - 17:46

Sans lâcher la main d’Atéa, qui brûle comme un petit soleil de réconfort dans la mienne, je m’adosse à la paroi de métal du train, frissonnant à chaque écho cliquetant qui la traverse en vibrant jusqu’à nous. Les mots de la jeune femme à la voix de soldat me hantent. « Poursuivis par une présence hostile. » Mon esprit, aussitôt, a conjuré une petite armée de contrôleurs hagards, avec des talonnettes de métal et des petites mains agrippées sur leurs poinçonneuses. Je suis probablement loin du compte, mais ils ont l’air patauds, et désorganisés. Presque un peu ridicules, avec leurs sourcils hirsutes et leurs barbichettes – dont l’esthétique aura probablement été emprunté au souvenir de Luc, sur sa montagne. Quelque part, ça me rassure d’imaginer la menace sous cette forme-là.

Et puis sur mon front il y a encore un petit fantôme du baiser qu’ont laissé là les lèvres d’Atéa. J’aimerai me blottir dans son cou et fermer les yeux, que son odeur douce et poivrée me recouvre comme un duvet et que tout cela ne devienne plus rien qu’un mauvais rêve.

Mais je ne peux pas faire ça. D’abord parce que ça ne marcherait pas, même en le souhaitant de toutes mes forces, et ensuite parce que je ne pouvais pas enlever Atéa à tous les autres pour la garder pour moi. Elle était de ceux qui savent quoi faire quand les gens se mettent à crier et à menacer tout le monde. Ils avaient plus besoin d’elles que moi d’être consolée. D’ailleurs, au moment où la pensée me traverse l’esprit, une fillette dont l’âge ne doit pas dépasser les dix printemps déboule de l’ombre pour venir s’emmêler dans les jambes de la jeune maori.
La surprise zèbre mon visage, un court instant, tandis que je dévisage la petite bouille froissée de l’enfant, et ses yeux légèrement écarquillés derrière les gros carreaux de ses lunettes, puis, dans un réflexe que je ne comprends pas trop, je rassemble ce qu’il me reste de forces et je viens m’agenouiller à sa hauteur.

« Salut. »

Je parle en anglais, mais à l’expression qu’elle me lance, ainsi que celle qui flotte dans le regard d’Atéa, je comprends que l’anglais ne me mènera pas très loin avec elle. Une petite mine contrariée se dessine au bord de mes lèvres. Peut-être qu’avec des mots très simples… ou si Atéa les traduit ?

« Les grands ont fini de se disputer. Maintenant on va… se cacher. Tous ensemble. Tu viens ? »

Je tends ma main, pour qu’elle y glisse la sienne, qu’elle avait tendu, et j’esquisse un petit signe de menton par-dessus mon épaule, pour désigner l’endroit d’où on vient.

« Je te porte si tu veux. Moi c’est Yoko. »

A mon plus grand soulagement, Atéa parvient à traduire sommairement mes paroles, et, d’un sourire, encourage Tizzie à venir vers moi. Sans hésiter, j’enroule mes bras autour d’elle, et, retrouvant en moi quelques forces insoupçonnées, je me relève, et l’aide à bien se caler sur ma hanche. C’est une sensation étrange, ces petites mains dans les mailles de mon pull, et ces petits pieds qui cognent un peu mes cuisses en cherchant leur appui, mais je tiens bon. Bientôt il faudra que je le fasse avec mon petit-demi-frère. Autant que je entrainement, sur le trajet qui nous ramène à l'enclos…

« C’est quoi ton nom ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 154
Points de Complot : 798
Fiche :
Date d'inscription : 15/11/2016
Lieu : Auckand, NZ.
Occupation : Gardienne de nuit, Garde Nature, haltérophile

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Sam 30 Déc - 18:48

Je traduis à Tizzie les paroles de Yoko, dans les mots les plus simples qui me viennent à l’esprit. Dans cette situation critique j’arrive à apprécier ce petit moment complice. Nous revenons toutes trois vers l’enclos où je retrouve Ike, toujours au sol ; il a vraiment l’air piteux, saucissonné comme ça. Mine de rien j’espère qu’il se réveillera assez rapidement, il a beau être primaire, il pourrait être utile, s’il n’en fait pas qu’à sa tête. Je pense aussi au pistolet à ma taille, je n’ose même pas le sortir préventivement, je ne sais même pas ce que j’en ferai entre mes mains. Je rejoins alors Hua à l’entrée ; son air est impassible, elle scrute la porte à l’autre bout de la passerelle. On entend encore les bruits qui retentissent au fond du train ; on se demanderait presque si c’est Nathan et Erynn qui passeront la porte en premier. Je me dis qu’il faudrait peut-être dire quelque chose à Hua, amorcer une discussion, sur les gardiens peut-être, mais ça ne servirait à rien de partir dans des suppositions assez vaines. Poser une question personnelle pour mieux la connaître, ce n’est peut-être pas le bon moment non plus. Donc. Attendons des nouvelles du second wagon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

Messages : 797
Points de Complot : 490
Fiche : C'est qui Mona?
Date d'inscription : 24/02/2017
Lieu : Rekhjavik Islande
Occupation : Pigiste dans une boite de sécurité

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Sam 30 Déc - 20:14

Les choses s'imbriquent petit à petit dans mon cerveau. Les informations prennent leur place au fur et à mesure que l'un ou l'autre me distille ce qu'il sait. Je peux à peine répondre d'un hochement de tête ou d'un "ok" laconique et las. Grâce à la fille, j'ai réussi à me relever lorsque qu'ensuite je l'entends crier. Luc ne doit pas être mieux que tout à l'heure. Si elle est vraiment docteur, son ton laisse entrevoir même que ce n'est pas brillant. Ceci dit si elle crie ainsi c'est sans doute qu'il est vivant. Je me raccroche à cette pensée en même temps que Nathan me passe son équipement.

J'espère que cette fois, il ne m'en voudra pas de ne pas le remercier. C'est vrai le cœur y est car j'ai l'impression de passer dans un autre monde au moment où je parviens enfin à enfiler son manteau. Le pied de biche parait peser des tonnes, mais ok j'ai bien compris qu'il fallait que j'avance et que j'allais me retrouver dans un truc glauque de pantins et avec plein de monde.

Ce qu'il y a de rassurant c'est que Nathan et la fille semblent être du même côté que moi. Encore faudrait-il que je sache de quel côté je suis. J'ai la tête tellement compressée et transpercée que je ne sais plus qui je suis. Un pas après l'autre je me dirige vers l'extrémité du train et me retourne pour vérifier que les autres me suivent. Ils sont à la peine avec Luc qui traîne les pieds c'est le cas de le dire mais ils vont encore bien plus vite que moi. Faut que j'accélère si je ne veux pas les gêner à leur arrivée à la passerelle qui se présente enfin devant moi. Le bruit des rails lorsque j'y pénètre est insupportable et ml'oblige à fermer les yeux et à m'arrêter un instant comme si j'étais face à un mur. Cependant la conscience du danger imminent qui nous menace me donne la force de passer l'obstacle.

Bon sang! C'est encore plus glauque que ce à quoi je m'attendais, mais je ne prends pas les temps d'examiner les corps et j'avance comme une entêtée qui voudrait que tout ça s'arrête et surtout ce putain de mal de crâne! Enfin j'aperçois deux silhouettes.

"Atéa?"

Décidément tout le gratin de la téléportation s'est donné rendez-vous dans ce train! L'autre, je la connais pas mais si elle est avec Atea, je suppose que ça le fait. Je continue mon approche titubante pour être sûre d'être à portée de voix. Ces derniers temps je n'ai pas trop confiance dans mes capacités physiques. Je ne sais pas exactement quel volume j'ai réussi à envoyer mais bon:

"Nathan et le docteur arrivent avec un blessé!..."

Je m'appuie sur le pied de biche pour garder mon équilibre et reprendre mon souffle avant de combler l'espace qui me sépare enfin de la pièce dont m'a parlé Nathan, enfin je suppose que c'est là que donne la porte que les deux femmes semblent garder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Sam 30 Déc - 21:14

Si rester en faction faisait partie du rôle de militaire, les Chinois avaient peut-être quelque chose en plus dans ce domaine, après tout, ils avaient construit la fortification la plus gigantesque du monde avec la Grande Muraille, et si elle était aujourd'hui un site touristique, elle fut autrefois un rempart destiné a décourager les invasions barbares sur le territoire national. Diao Chan restait immobile, imperturbable, la respiration régulière, comme si tout ce qui se passait autour d'elle était parfaitement normal, alors que ce n'était pas le cas : elle répondait simplement a la programmation de son entraînement, qui voulait qu'un officier devait mener par l'exemple : si elle paniquait elle-même, peu importe la situation, les civils risquaient fort de ne pas tenir non plus… Quelqu'un devait rester fort et maître de lui-même afin de donner l'exemple.

Une première silhouette apparue et elle était cette fois humaine : une jeune femme qui ne semblait pas très solide et surtout dans un sale état : elle boitait et se tenait a un pied de biche, sa voix n'était d'ailleurs pas très audible. Elle n'avait plus beaucoup de chemin a faire, mais pour Diao Chan, cela ne signifiait pas la fin de la veille pour autant. Nathan et Erynn n'était toujours pas revenu, de plus, d'après cette nouvelle personne, il y avait également un blessé, ce qui signifiait qu'elle n'allait pas quitter son poste maintenant. Puisqu'Atéa connaissait cette femme, peut-être pourrait-elle l'aider a aller s'abriter avec les autres pendant que Diao attendait la suite. Au moins, pour l'instant, ils ne semblaient pas suivit par les gardiens… Elle pris tout de même la peine d'expliquer la situation a la nouvelle venue.


« Cela va aller, nous avons trouver un abri dans un enclos juste derrière nous. Vous voulez bien l'aider a s'y rendre ? »

A ce stade, la situation pouvait mal tourner d'une seconde a l'autre, et Diao préférait donc rester en faction tant que tout le monde n'était pas rentrer. C'est pour cette raison qu'elle s'était tournée vers Atéa afin de lui demander son aide, ainsi que pour s'appuyer sur le fait que la nouvelle semblait lui faire confiance, ce qui permettrait a Atéa d'expliquer plus facilement pourquoi il y avait un homme assommer et menotter dans l'enclos...
Revenir en haut Aller en bas


avatar

Messages : 805
Points de Complot : 508
Fiche : Stay Focused & Extra Sparkly ★
Date d'inscription : 13/11/2016
Lieu : Philadelphie, Pennsylvanie.
Occupation : Avocat en droit pénal. Conférencier, écrivain, activiste. Musicien à ses heures perdues.

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Dim 31 Déc - 1:21

« ‘Presque’, c’est pas vraiment le mot que j’aurais employé… »

Nathan siffle entre ses dents en passant avec Erynn la large porte qui mène au wagon de tête, en traînant derrière eux le corps amorphe et pesant de Luc. Parce qu’en fin de compte, malgré les espoirs de son amie, ils n’avaient pas encore effectué la moitié du trajet qui mènerait ce pauvre bougre de montagnard à l’abri.
Ils le tirent de toutes leurs forces sur l’allée, entre les rangées répugnantes de corps, alors que Mona clopine devant, cassée en deux comme une petite vieille, en s’aidant de son pied de biche. Nathan, lui, voit de plus en plus trouble derrière les verres sales de ses lunettes et trébuche à l’occasion, happé par un vertige. Et puis sa main se referme plus fort autour du bras de Luc et il se force encore à marcher – encore, et encore, jusqu’à parvenir à la hauteur de Hua et de son visage roide et stoïque.

Atéa et Mona se sont réfugiées à l’intérieur de l’enclos, déjà, et c’est là qu’ils conduisent Luc jusqu’à l’installer au fond de la pièce, contre un mur, dans un dernier effort. A quelques mètres de là, le policier assommé repose toujours, la bouche obstruée d’un bâillon, et Nathan grimace à ce spectacle, tout en s’étirant douloureusement. C’est certain que comme ça, on ne risquait pas de se soucier qu’il ait des difficultés à respirer.
Il se soutient un instant contre un mur, reprenant son souffle alors que Hua referme solidement la porte derrière eux. Puis il s’approche de l’Islandaise d’un pas déséquilibré, et lui reprend doucement le pied de biche avec un sourire pâlot de gratitude.

« Merci, Mona… Je te reprends aussi… ceci. Excuse-moi... »

Avec une grimace ennuyée – parce que le geste pourrait paraître malpoli, voire déplacé – il plonge furtivement sa main dans le manteau qu’il lui a prêté et qu’elle a revêtu, et en déloge son portable, qu’il range avec prudence dans la poche intérieure de sa veste. S’il avait des chances de pouvoir sortir vivant de cet enfer, il préférait surveiller de près toutes les informations confidentielles enregistrées sur cet appareil. Il ne perd pas non plus de vue l’échange de renseignements que Hua lui a promis à demi-mot, tout à l’heure : il serait malheureux qu’elle lui subtilise son téléphone pour ne pas avoir à payer sa part du marché.
Ces considérations, cependant, lui semblent lointaines à nouveau, lorsqu’un écho de ces infâmes cliquetis leur parvient, perçant la carapace métallique de leur abri. Il frissonne en laissant son regard courir sur les murs où la lumière jette ses éclats bleutés. Si c’était bien des Araignées… de toute façon… elles étaient trop grosses pour passer cette fichue porte, n’est-ce pas ?
Maigre réconfort que celui-là. Nathan brandit alors son pied de biche, pour l’offrir au regard de tous, et il se rapproche de l’entrée d’un pas rapide.

« J’ai trouvé ça. Pour caler la porte et les empêcher d’entrer. »

Aussitôt, il allie le geste à la parole et en prenant fermement de l’élan, il enfonce le pied de biche dans l’interstice, sous la porte, et l’outil s’y coince dans un choc sonore, en vibrant dans l’air avec puissance. Nathan se recule, le souffle court, et essuie ses mains moites sur son pantalon de costume.

« Ça… ça ne ferait sans doute que retarder l’inévitable s’ils devaient nous trouver, mais… Enfin. C’est toujours du temps de gagné. Comme l’a dit Atéa, c’est une vraie décharge, de l’autre côté. Si… si vous pensez qu’un pied de biche n’est pas suffisant, je pourrais y retourner et trouver, je sais pas… une chaise, quelque chose. » Affrontant les regards des uns et des autres, il inspire très profondément et essuie d’une main fébrile la transpiration qui goutte de son front. « En me téléportant entre ici et là-bas, je ne cours pas tant de risques. En tout cas, je crois. »

_________________
When you got skin in the game, you stay in the game.
But you don’t get a win unless you play in the game.
Oh, you get love for it. You get hate for it.
You get nothing if you wait for it, wait for it, wait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fait office de MJ

avatar

Messages : 297
Points de Complot : 1567
Fiche : ici

Date d'inscription : 08/11/2016
Lieu : Afrique du Sud - Le Cap
Occupation : Barman

MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   Dim 31 Déc - 1:23

Sujet verrouillé.

La suite ici.

Merci à vous <3

_________________
Merci, Atéa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vasteblague.tumblr.com/
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [RP] - WAGON I   

Revenir en haut Aller en bas
 

[RP] - WAGON I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» [Sept.] Seule dans son wagon n°13 [ COMPLET ]
» Un chouette wagon scratchbuild
» Voiture de queue (7ème voiture): Wagon de marchandise
» 08. Un TP peut finalement se révéler intéressant PV Dakota
» L'ORIENT-EXPRESS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La théorie du complot :: 
 :: HIVER 2017
-